Autoblog de www.suumitsu.eu

Ce site n'est pas le site officiel de Mitsu
C'est un blog automatisé qui réplique les articles de www.suumitsu.eu

Censure ?

Sat, 27 Apr 2013 08:00:05 +0000 - (source)

On va en rester aux faits:

site:www.suumitsu.eu

Bing: 38 résultats
Google: 0 résultat

Google Webmaster Tools:   »356 pages indexées », rien de suspect.
Googlebot: arrivée sur le blog en moyenne toutes les 2 heures.

Recherche exacte d’une phrase de moi:
« O-tanjobi omedeto, Sebsauvage-sensei ! »  -> autoblogs et lecteurs RSS, pas de trace de mon blog

-> site:suumitsu.eu
- /Root (root)
- Mitsu’Media  (media)

J’ai du mal, mais alors du mal à ne pas faire le rapprochement avec ça:
http://www.suumitsu.eu/2013/04/quand-la-dcri-cherche-a-censurer-wikipedia/

- l’article Wikipedia est toujours là (et s’est enrichi de nombre détails)
- Reflets.info n’est pas affecté dans Google, et l’article d’origine est toujours là

D’autres idées, messieurs-dames des internets ?

EDIT 29/04:  aaah, j’ai compris ce qui vous a induit en erreur, certains d’entre vous ! ^^ J’ai copié-collé l’article depuis mon Shaarli, et après seulement j’ai migré le blog. Et pour corriger tous les liens durant la migration, j’ai utilisé « search & replace »: du coup le « www.suumitsu.eu » en début d’article est devenu « wwz.suumitsu.eu ». Désolé, j’avais pas pensé à ça, c’est corrigé :)

EDIT2: une autre piste pouvant expliquer le déréférencement: les retraits DMCA qui avaient touchés « magnyaa.eu ». Plus de détails, avec…  quelques LULZ.

flattr this!


Juste un petit mot

Tue, 09 Apr 2013 11:37:28 +0000 - (source)

Bon anniversaire à Sebsauvage, qui fête aujourd’hui ses 40 ans :)

sebsauvage40

Je souhaite plein de bonheur à celui à qui je dois tant de choses, et sans lequel l’internet n’aurait jamais pu être aussi génial et fun au quotidien. Tant d’années passées à te lire, tant de joie, de fun et de rage partagées, il n’y a pas de mots pour décrire cela. Juste une envie: continuer :-P

Et hop je la fais en japonais aussi:

O-tanjobi omedeto, Sebsauvage-sensei !

zerobin

flattr this!


Quand la DCRI cherche à censurer Wikipedia

Sat, 06 Apr 2013 13:11:54 +0000 - (source)

wikitationhertziennemilitairedeierresuraute

PDF

Freenet: CHK@GWwzpgiRsTrbfZrDEbBxDSMhaD0UQLafV5lko~ddDfQ,KqyqxbjViV3voMsj1XxBhQeFZpX7TpRW0xq5K-2VTnk,AAMC–8/wikitationhertziennemilitairedeierresuraute.jpg

(source: Quand la DCRI cherchent à censurer Wikipedia : les admins se dé-op… et paff l’effet Streisand)

Article de Reflets.info reproduit conformément à leurs mentions légales


 

dcri

La station hertzienne militaire de Pierre sur Haute est au coeur d’une polémique suite à un article probablement un peu trop bien documentée publié sur Wikipedia. La DCRI (Direction Centrale du Renseignement Interieur) n’a manifestement pas trop apprécié que l’on cause des petits dessous de l’interception.

La page créée en 2009 et qui n’avait pas été éditée depuis juillet 2012, a attitré l’attention du renseignement Intérieur en avril 2013, le 4 avril pour être plus précis.

4 avril 2013 à 11:02 Remi Mathis (discuter | contributions) a supprimé la page Station hertzienne militaire de Pierre sur Haute (Article qui contient des informations classifiées, qui contrevient à l’article 413-11 du code pénal)
22 juillet 2012 à 01:34 Duch (discuter | contributions) a automatiquement marqué la révision 81104004 de la page Station hertzienne militaire de Pierre sur Haute comme relue

Le 4 avril donc, Rémi Mathis supprime cette page au motif que cette page contrevient à l’article 413-11 du code pénal :

Est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende le fait, par toute personne non visée à l’article 413-10 de :

1° S’assurer la possession, accéder à, ou prendre connaissance d’un procédé, objet, document, information, réseau informatique, donnée informatisée ou fichier qui présente le caractère d’un secret de la défense nationale ;

2° Détruire, soustraire ou reproduire, de quelque manière que ce soit, un tel procédé, objet, document, information, réseau informatique, donnée informatisée ou fichier ;

3° Porter à la connaissance du public ou d’une personne non qualifiée un tel procédé, objet, document, information, réseau informatique, donnée informatisée ou fichier.

S’en suivent de nombreuses éditions de la page comme le démontre l’historique des modifications :

Capture d’écran 2013-04-06 à 13.59.06

 

L’explication tombe finalement avec ce communiqué de la fondation :

Le 4 mars 2013, la Wikimedia Foundation (la « Fondation ») a été contactée par la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (“DCRI”), une agence de renseignements française. La DCRI a affirmé que l’article “La station hertzienne militaire de Pierre sur Haute” sur la Wikipédia en français contenait des informations militaires classifiées et que la publication de telles informations violait le code pénal français, article 413-10. La DCRI a demandé le retrait de l’article dans son entièreté sans autre explication substancielle.

La Fondation a pris sérieusement ces allégations de menace de sécurité nationale et s’est renseignée sur le sujet. Cependant, il n’est pas vraiment apparent quelle information spécifique la DCRI pourrait considérer classifiée ou de risque important. Sans autre information, nous ne comprenons pas vraiment pourquoi la DCRI croit que l’information de cet article est classifiée. Presque toutes les informations de l’article sont citées par des sources publiquement disponibles. En fait, le contenu de l’article est en grande partie consistant avec la vidéo publiquement disponible dans laquelle le Major Jeansac, chef de la station militaire en question, qui donne un interview détaillé et une visite de la station au reporter. Cette vidéo est maintenant citée sur l’article. De plus, la page a été créée à l’origine le 24 juillet 2009 et a depuis lors été disponible en continu et éditée. Nous ne comprenons pas pourquoi la DCRI croit que l’article est soudain devenu une menace urgente.

Nous avons demandé plus d’informations à la DCRI, avec les phrases spécifiques ou les sections dont ils pensent qu’elles contiennent des informations classifiées. Malheureusement, la DCRI a refusé de fournir plus de détails spécifiques et a réaffirmé sa demande de supprimer l’article entier. Ainsi, la Fondation a été obligée de refuser leur requête en attendant plus d’informations que nous pourrions utiliser pour évaluer complètement leur demande.

Le 30 mars 2013, nous avons découvert que la DCRI, évidemment non satisfaite par la réponse de la Fondation, a contacté un volontaire avec des droits administratifs (un “sysop”) qui réside en France. Ce sysop n’est pas responsable de l’hébergement du contenu de Wikipédia, n’a aucun rôle dans la création de cet article, et ne fait pas partie de la Wikimedia Foundation. Tel que nous le comprenons, le sysop a essayé d’expliquer son rôle limité de volontaire et les a redirigé à nouveau vers le département juridique de la Fondation.

Malheureusement, la DCRI n’a pas accepté cette réponse et a insisté pour que le sysop utilise ses droits administratifs pour retirer immédiatement l’article, ou faire face à des représailles sérieuses et immédiates. Sous la pression de ces menaces, le sysop a retiré l’article comme demandé. Nous contactons le sysop et, s’il le désire, lui apportons notre soutien du mieux que nous pouvons faire pendant cette expérience qui peut faire peur. Nous demandons que vous respectiez sa vie privée puisque nous travaillons sur le sujet.

Il y a eu une importante discussion communautaire relatif à cette suppression et, tel que nous le comprenons, une version à jour de l’article a été par la suite réintroduite par un autre membre de la communauté.

La Fondation Wikimedia, qui maintient l’infrastructure technique de Wikipédia, aurait donc reçu une requête de suppression de la page mais aurait refusé de s’executer au motif que la demande de la DCRI ne présentait pas de motivations suffisante pour justifier un retrait. C’est suite à ce refus que la DCRI aurait alors jeté son dévolu sur Rémi Mathis qui jouissait alors de droits administrateur. Comme l’explique la fondation sur son blog, des pressions ont très probablement été exercées sur Rémi Mathis qui s’est vu retiré ses droits administrateur. Comme l’expliquent les discussions à propos de cette page, les droit lui ont été retirés pour le protéger des pression de la DCRI.

Pire, TOUS les administrateurs français ayant des responsabilités à Wikimedia France ont abandonné leurs privilèges sur le site pour éviter d’avoir à subir les mêmes pressions que Rémi Mathis… merci la DCRI, ceci est une première mondiale et c’est en France que ça se passe !

Rémi Mathis, contributeur compulsif de Wikipedia n’a pas donné signe de vie depuis jeudi soir et nous ne savons pour le moment pas s’il a été placé en garde à vue.

A l’heure où les grandes oreilles de plusieurs pays s’exposent sur Google maps, il apparait très curieux que la DCRI exerce ce genre de pression sur Wikipedia pour cette page qui ne semble pas révéler de grand secret d’état.

Ci-dessous, la station  d’écoute de la DCRI située à Boullay-les-Troux.

Capture d’écran 2013-04-06 à 14.37.45

flattr this!


Sauvegarder son Twitter

Sat, 16 Mar 2013 15:54:54 +0000 - (source)

Coucou l’internet :)

L’actu autour de Twitter est plutôt chargée, et il y a 2 évènements notables: la fermeture progressive de l’API 1.0 a été amorcée, et la récupération d’archive a été étendu aux langues autre que l’anglais.

Twitter devient un hikikomori [?]

Petit état des lieux: Twitter est le plus utilisé des systèmes de microblogging. Très ouvert au départ, Twitter se renferme progressivement autant sur le plan esthétique (le nom des applications n’est plus affiché sous les tweets, sur le site) que technique (les flux RSS ne sont plus accessibles publiquement). Twitter impose de passer par sa plateforme technique, en utilisant leurs API, pour accéder aux données. Ainsi il est par exemple encore possible d’afficher le flux RSS de mon compte via cette URL:

http://api.twitter.com/1/statuses/user_timeline.rss?screen_name=mitsukarenai

Et c’est sous cette forme (l’API 1.0) que le Projet Autoblog permet(-tait) de sauvegarder les comptes Twitter. Las ! C’est trop ouvert au goût de Twitter, qui aime pas que les gens puissent garder leurs tweets ailleurs que sur Twitter. C’est pas dans l’intérêt de Twitter de laisser les utilisateurs gambader sur de plus vertes prairies. L’API 1.1 introduit une obligation d’authentification OAuth ne serait-ce que pour avoir la timeline d’un utilisateur, et OAuth c’est tout simplement immonde: je veux juste AVOIR LA TIMELINE, pourquoi doit-on faire des requêtes cURL signées timestampées avec 4 clés et tokens d’application ?!

1

2

3

4

Tant et si bien que je me suis pris une petite demi-heure sous Inkscape pour adapter Kitsu à mes émotions d’alors.

dEMpps3

(oui le truc bleu c’est l’oiseau de Twitter, tandis que Kitsu lui ouvre la gorge)

Bref, nouveau dépôt Github avec exemple pratique:

http://wwz.suumitsu.eu/social/twitterbridge/?u=mitsukarenai

Tant de sang et de sueur, juste parce que je ne veux pas donner à Twitter la mainmise exclusive sur MES TWEETS (avec lesquels ils font déjà du business à leur seul profit, ce qui explique bien cette fermeture progressive) . Bref, mes nouveaux tweets sont sauvegardés, et tout le monde a aussi la possibilité de sauvegarder ses nouveaux tweets. Mais quid des tweets plus anciens ?

L’archive Twitter

Il y a de ça plusieurs mois, Twitter a présenté un truc.. inattendu: l’archivage du compte Twitter. D’abord réservé au langage anglais (fallait passer le paramètre de langue du compte à « English » pour voir le bouton apparaitre), c’est maintenant disponible pour les autres langues aussi. Concrètement: vous cliquez sur le bouton, Twitter génère une archive de votre compte et vous envoie par mail le lien pour la télécharger.

Dans le fichier ZIP vous voyez tout de suite un fichier « tweets.csv »: je m’étais déjà un peu amusé dessus, mais l’échappement de caractères laisse à désirer et au final c’est juste bon à être ouvert dans un tableur (et encore). Ils fournissent un attirail HTML-CSS-JS qui vous permet de « naviguer sur un mini-site » vous permettant d’explorer votre archive dans une interface sympa. Mais là où ça devient intéressant:

/data/js/tweets/

Des fichiers JSON, un par mois, les données brutes de vos tweets ! Voilà qui est exploitable pour libérer ses tweets. J’ai ainsi pu formater mes tweets pour en nourrir ma sauvegarde sociale, la voici dotée de tous mes tweets (reply compris) depuis la création du compte. Puis j’ai abandonné mon script dans une Zerobin, peut-être que ça a pu servir à d’autres, mais j’en doute. Aujourd’hui je me rattrape.

Passer de JSON en RSS

script sur le wiki

Placer ce script dans /data/js/tweets, et exécuter (php exec.php). La première étape est déjà épique. Correction des données JSON, décodage en tableaux, itérations avec mise en forme XML, et enfin écriture du flux complété dans des fichiers RSS. Notez que les itérations prévoient jusqu’à 3.7 tweets par seconde durant 1 mois, ce qui me semble être une marge confortable pour ne rien rater. Et puis le correctif apporté tantôt, c’est l’exclusion des réponses. Après exécution de ce script, on retrouve pour chaque mois un fichier RSS contenant juste l’essentiel (texte, date, lien d’origine). On peut passer à la suite.

Injecter les données RSS dans une base SQLite

script sur le wiki

Placer ce script dans /data/js/tweets, ajouter aussi « autoblog.php« , et exécuter (php injector.php). Il vous faudra peut-être juste récrire la ligne 10, vu que j’ai prévu ça pour une exécution sur pc local et non sur serveur web (trop gourmand):

exec('php autoblog.php');

devient:

get_headers('http://www.monsite.web/autoblog.php');

Là c’est artisanal au possible: pour chaque fichier RSS, le script crée un nouveau fichier « vvb.ini » (essentiel pour autoblog), exécute autoblog, supprime vvb.ini et fait une pause (de 1,000001 secondes, car autoblog ne refraichit pas en dessous de 1 seconde). À chaque fois autoblog.php lit le contenu d’un fichier RSS mensuel, en extrait les données et les insère ensuite dans la base SQLite « articles.db ». Une fois terminé, ce fichier « articles.db » peut être placé dans un autoblog, l’autoblog ayant alors la timeline intégrale du compte qui peut être ré-extraite par la suite, bref tout ça est sauvegardé.

- merci à @Loadriku pour le test du script, du coup il a un autoblog intégral  ^^

Au passage si vous voulez aussi avoir un autoblog intégral de votre compte dans ma ferme d’autoblogs, vous pouvez m’envoyer votre « articles.db » complet ou même juste un ZIP avec les fichiers RSS dedans ( par contre le nombre de comptes autobloggés est limité car je dois autoriser les comptes dans ma twitterbridge). Une dizaine de comptes, pas plus :)

Les héros du développement PHP sont invités à venir réfléchir sur un réseautage simple de twitterbridge, genre pour que la mienne puisse servir de relais pour la timeline de Paul da Silva par exemple (avec redondance) pour que les autres twitterbridges contactent Twitter pour d’autres comptes :)

flattr this!


L’incroyable sexisme sur l’internet

Thu, 07 Mar 2013 15:20:59 +0000 - (source)

La première question qui m’a été adressée par Alda me demandait mon avis sur… son propre avis (Alda estimant que « il y a moins de femmes chez les geeks, libristes, hacker et hardcore-gamers de tous bords qu’ailleurs »).  Ça me semble intéressant de développer le dernier paragraphe de ma réponse à cette question, qui appelle ce principe de base: ça faut cesser le sexisme sur l’internet. Et ce n’est pas aussi simple que ça n’y parait, car Alda [ça-même] favorise une discrimination sexiste. Accrochez-vous :)

*notez le phrasé, vous comprendrez.

Considérons plusieurs exemples:

« Toad doesn’t come out of the pond » (anonyme, Freenet)

« Shit. It’s all jerkely and circley up in here. » (anonyme, 4chan)

« Salut ! J’ai défoncé mes chaussures (déchirés je sais pas comment) donc je vais avoir de nouvelles chaussure sauf que je fais pas lesquels choisir… Vous avez des idées ? » (MugunTigers, JVcom)

« En Suede tout simplement,Mai’s ce pays n’est plus ce qu’il etait du temps de ma jeunesse !!! » (victor1821, Le Figaro)

« Je sais pas quoi faire du cadavre de mon chat. Je crois que je vais l’envoyer à mon cousin qui vit dans les bois, par collissimo. » (Jean Kevin Dupont, Twitter)

5 niveaux différents:

  1. anonymat technique
  2. anonymat public
  3. pseudonymat
  4. prénominat
  5. nominat ou pseudonymat

L’anonymat technique est un anonymat qui est garanti par le procédé technique de sa publication, il est par exemple impossible de retrouver l’adresse IP à l’origine du message, le courrier ne comporte ni traces d’empreintes digitales ni traces d’ADN ni spécificités d’écriture ou marquages de l’imprimante. L’anonymat public dans l’exemple donné, le message est signé « Anonymous » mais 4chan a l’adresse IP  (ce qui sert au bannissement, le cas échéant).

Dans le pseudonymat on peut reconnaitre 2 facettes: le pseudonymat générique et le pseudonymat à nom d’emprunt. Le premier est explicitement un pseudonyme, tandis que le second entretient la confusion en étant un nom et/ou prénom crédible.

Le prénominat, petite invention de mon cru pour désigner l’identité associant le prénom à une particule unique (genre un numéro).

Et enfin, le nominat (qui peut comporter les vrais noms et prénoms, ou pas -cf pseudonymat à nom d’emprunt).

En quoi ça nous intéresse ici ? J’y viens :)

N’en déplaise à Facebook, Google+ et autres Nadine Morano, l’interaction entre internautes a été et est toujours majoritairement sous forme pseudonyme: c’est « cool », ça permet de séparer ses centres d’intérêts et parfois ça aide à rester en vie (les participants au printemps arabe en savent quelque chose). Mais au fur et à mesure, j’ai remarqué un glissement: de plus en plus souvent, le raisonnement est « ce type poste sous un pseudonyme, il assume pas ses écrits, c’est louche, vaut mieux ne pas croire ». C’est pas un raisonnement.. raisonné, ça devient un réflexe préalable à la lecture du texte: « d’abord je cherche l’identité, et après je lis ». Notez que par défaut c’est « ce type » (par une sorte d’idée préconçue dégueulasse), et quand c’est sous pseudonyme à la lecture de certains accords sujet-verbe, ça fait ding dans la tête: « oh, en fait c’est une fille ! ».

Évidemment, c’est sexiste. Et c’est pas bon.

Posez-vous la question: le sexe, le genre, le gène ou le physique sont-ils propres à influencer la lecture que vous avez d’un texte ?

Mieux: la revendication de l’auteur selon un sexe, genre, gène ou physique est-elle propre à faire varier la crédibilité du texte ? « Je suis un homme, donc l’informatique ça me connait; je suis une femme, donc l’alimentation ça me connait » ? C’est bel et bien un sexisme dans un cas implicite, dans l’autre exploité. Et ça…

…sur l’internet, bordel !

On pourrait penser qu’à force de campagnes anxiogènes, tout le monde se rend compte que l’identité « lolita13ans » sur le chat Skyrock peut être utilisée par une fille de 13 ans au prénom de Lolita, peut être utilisée par une bénévole d’association familiale pour les besoins d’une émission (anxiogène), peut être utilisée par une personne dépositaire de la force publique de la plateforme Pharos sous couverture, ou peut être utilisée par Hortense, éphébophile cougar de son état. Mais apparemment non.

Neutraliser totalement sa vision est pas évident, et vous vous en rendez bien compte: à lire un texte ou à chatter avec une identité pseudonymée, inconsciemment vous chercherez à savoir si c’est un homme ou une femme au bout du fil. Et évidemment quand l’auteur se présente comme homme ou femme, vous ne parviendrez pas à dissocier cela au point que vous aurez un malaise quand vous rencontrerez des accords sujet-verbe « non conformes pour les hommes/femmes » (alors que ça peut être une bête erreur de typo, ou du troll). Le choix de l’avatar dans les jeux vidéo ? Bah oui je suis déçue par FrozenSand car dans Urban Terror vous devez choisir entre des personnages à caractéristiques physiques « homme » ou « femme »… et qu’il y a de très légères différences qui justifient un choix tactique (genre: les persos féminins font moins de bruit quand essoufflés, ce qui est essentiel puisque je joue beaucoup au rush). Parallèlement Notch fait exprès de ne pas clarifier certaines choses dans Minecraft, ainsi 2 vaches font du lait mais portent des cornes et font un petit quand on leur donne du foin. Ça prend moins de lignes de code et c’est moins sexiste, double avantage :)

La langue française n’a pas le fameux « it » anglais qui brille par sa neutralité ?  (he/she/it  ->  il/elle/?)  Merci Stephen King, qui a précisément titré un de ses livres « it » et dont le titre français est « ça » (mais si vous savez, l’entité maléfique).

it

Et bien vous direz/écrirez:  « Mitsu a rédigé un article, ça a traité le sujet du sexisme, je suis d’accord avec ça. Ça a d’ailleurs un compte Twitter et un Identica. »  Bizarre ? Pas tant que ça, finalement :D Et l’utilisation de crochets semble tout indiqué si l’on veut préciser.  [Ça] a d’ailleurs un compte Twitter et un Identica.

L’internet est une agora de taille mondiale dans laquelle on n’a même pas besoin de masques: techniquement sur l’internet vous êtes des chiffres, sur 32 bits (IPv4) ou 128 bits (IPv6). Pourquoi vouloir absolument réintroduire vos discriminations à cette formidable neutralité ?! Qui que vous soyez, d’où que vous veniez, quoi que vous êtes, quoi que vous ferez, votre travail peut enfin être jugé sans aucun à-priori, sous anonymat ou ce sous quoi vous voulez être identifié. Défendez toujours ce droit au jugement objectif des arts et actes, neutralisez vos propos et votre vision, et utilisez vos pseudonymes comme entités représentantes de certaines ou toutes vos idées.

Car l’internet vous le permet. :)

flattr this!


« Le vote électronique sanctionné par la justice »: photomontage

Mon, 04 Mar 2013 17:49:38 +0000 - (source)

cliquez-votez

(clic pour version originale)

À lire: contexte

imgur

http://imgur.com/akij89m

zerobin (base64)

http://sebsauvage.net/paste/?f89822eb07780041#a83Y8crTsmW+CVQLqwil8CuYT+UVg8Lb6T13xshA1WQ=

MEGA

https://mega.co.nz/#!CI4FEISS!BNY4REJlYtThh3JCmwYoZH-j_5Nv_8jfhZhChccdAY4

Bayimg

http://bayimg.com/hakMaAaEC

Freenet

http://127.0.0.1:8888/CHK@m0Xan-3januneEwrWtkEkEZ1BJmTjVumwKenjRwN8-o,Y8AK44gzIVSDorNng79g2Yu1hvJmzZcaOgd8kbTc3GI,AAMC–8/cliquez-votez.png

flattr this!


Vote par Internet : le Conseil constitutionnel valide l’opacité

Mon, 04 Mar 2013 16:05:17 +0000 - (source)

Ceci est une copie préventive.


Le Conseil constitutionnel a validé les élections législatives réalisées par Internet en juin 2012. Les sages ne nient pas l’opacité du système mis en place, ni même la possibilité que des failles aient pu altérer sa sincérité… mais refusent d’invalider une élection tant que la preuve de l’exploitation massive d’une faille n’a pas été apportée. L’opacité triomphe sur la transparence.

C’est une fin de non-recevoir totale, dont on doit s’inquiéter pour la bonne santé démocratique. Vendredi dernier, le Conseil constitutionnel a rejeté l’ensemble des griefs portés par la candidate UMP Marie-Anne Montchamp et par deux candidats du Parti Pirate, Pablo Martin Gomez et Alix Guillard, qui avaient demandé l’été dernier l’annulation de l’élection de députés des Français de l’étranger, élus grâce à un vote par internet.

Pour mémoire, le logiciel de vote par Internet utilisé par les électeurs des circonscriptions des Français de l’étranger avait été réalisé par une société espagnole, Scytl, qui considérait que son fonctionnement relevait du « secret industriel ». Dans un arrêté ministériel, le Gouvernement avait prévu qu’il soit conduit « une expertise indépendante » réalisée… par un seul informaticien…. désigné par le gouvernement lui-même ! Or même réalisé en ces circonstances, l’audit n’a pas été rendu public !

Lorsque les représentants officiellement désignés du Parti Pirate, qui présentait des candidats dans les circonscriptions concernées, ont demandé à accéder au code source du logiciel qui sert à recueillir et comptabiliser les votes, l’accès leur a été refusé (lire aussi notre enquête sur l’opacité du vote électronique dans l’élection présidentielle).

Lorsque Numerama a publié un document démontrant comment était sécurisé l’hébergement de la plateforme de vote par Atos, Atos a menacé de porter plainte, provoquant heureusement un effet Streisand sur ce qu’il voulait cacher.

Oui c’est opaque, mais prouvez que c’est truqué

Le point d’orgue aura été la mise en oeuvre d’une faille de sécurité, qui a permis d’injecter un bulletin invalide dans le système de vote. Visible au moment du dépouillement, le faux bulletin aura permis de démontrer que le système proposé était faillible.

Mais de tout cela, le Conseil constitutionnel n’en a cure. Dans sa décision du 15 février 2012, le Conseil constitutionnel rejette les arguments au motif que rien n’est démontré. Il se satisfait de l’opacité totale du système de vote par internet, qui fait que justement, il est très difficile de démontrer l’existence d’une fraude ou même d’un bug. Dans un bureau de vote traditionnel, les électeurs eux-mêmes sont les contrôleurs ; chacun est libre de rester observer l’urne transparente et son contenu, de sa mise en place le matin jusqu’à son dépouillement le soir. Chacun peut vérifier qu’un seul bulletin est inséré par électeur, que l’identité de chaque électeur est vérifiée, que la liste d’émargement est signée, etc., etc. La confiance naît de la transparence.

Or concernant le vote électronique, le Conseil constitutionnel ne voit rien à redire, et livre un festival de déclarations ahurissantes de la part du contrôleur suprême des élections démocratiques. Extraits :

« Si MM. MARTIN et GUILLARD font valoir que le dispositif technique élaboré pour la mise en oeuvre du vote par correspondance électronique n’a pas été suffisamment sécurisé pour empêcher toute utilisation frauduleuse, ils n’établissent, ni même n’allèguent, que de tels faits ont été commis » (comment prouver ce qui est par nature caché ?).

« Si Mme MONTCHAMP fait valoir que certaines recommandations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés n’ont pas été mises en oeuvre dans la définition des modalités de vote par correspondance électronique, elle n’établit ni même n’allègue qu’une telle circonstance, à la supposer établie, a été de nature à affecter les résultats du scrutin » (qu’importent les recommandations de la CNIL ?).

« La circonstance, à la supposer établie, qu’un électeur de la 4ème circonscription est parvenu à exprimer par voie électronique, au second tour du scrutin, un vote en faveur d’un candidat ne figurant pas sur la liste des candidats autorisés à se maintenir à ce tour n’est pas susceptible d’avoir altéré la sincérité du scrutin » (elle prouve tout de même qu’il y a au minimum des doutes sérieux à avoir sur la sécurisation de la plateforme de vote…)

« Le dépouillement automatique des suffrages exprimés dans la 4ème circonscription a été initialement interrompu par la présence d’un vote ne correspondant pas aux paramètres retenus par le système, avant d’être recommencé, après que le bulletin en cause a été déclaré nul, dans des conditions de sécurité et de fiabilité conformes aux dispositions des articles R. 176-3 et suivants du code électoral » (il suffit de lire lesdits articles pour vérifier qu’ils ne disent rien ou pas grand chose)

« Aucune disposition n’imposait que fussent communiquées aux délégués des candidats des informations relatives au nombre d’identifiants non remis à leurs destinataires, au nombre d’authentifiants délivrés pour le premier tour ou encore au nombre et à l’identité des électeurs ayant opté pour le vote par correspondance électronique » (transparence, vous avez dit transparence ?)

« Considérant qu’il résulte de tout ce qui précède que, sans qu’il soit besoin de faire droit aux demandes d’expertise et d’instruction supplémentaire présentées par les requérants, les requêtes de Mme MONTCHAMP et de MM. MARTIN et GUILLARD doivent être rejetées » (à la vue de tous les problèmes posés, vite, ne demandons pas d’expertise autre que celle diligentée par le gouvernement lui-même).

Rappelons que c’est le même Conseil constitutionnel qui avait validé les comptes de campagne de l’élection présidentielle de 1995, alors qu’il les savait truqués.

Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

flattr this!


Nope, s’pas un Skyblog

Thu, 21 Feb 2013 13:54:22 +0000 - (source)

Puisqu’il faut passer le flambeau avec de nouvelles question, je vais demander ceci: [..] Et je vais le demander à SebSauvage, Marquise, fvsch, Kadc0m, Nono, Timo, Physalice et Mitsu. J’espère qu’elles et ils jugeront mes questions assez intéressantes pour y répondre !

(pris connaissance de l’appel d’Alda via Sebsauvage) – par contre je ne passerai pas le relai, libre à tout le monde de répondre à autant de questions qu’ils veulent sur leur blog :)

1. À ton avis pourquoi il y a moins de femmes chez les geeks, libristes, hacker et hardcore-gamers de tous bords qu’ailleurs ?

Ah bon ? T’as fait un sondage et t’as fait tous les contrôles civils, physiques et génétiques pour t’en assurer ? :D

AMHA c’est (en bonne partie je pense) une conséquence d’un conditionnement -volontaire ou non- de la famille et/ou de l’industrie du jouet. Le fait de donner à son enfant des maquettes d’avions, des Lego™, des Rubik’s cube etc va selon moi grandement favoriser sa capacité à appréhender l’interaction de pièces mécaniques, et ainsi favoriser la compréhension du fonctionnement des objets – ce qui ouvre bien plus facilement la porte de l’étape suivante: le démontage, l’amélioration et le détournement, pré-requis universels du hacking. Les peluches ? Moins. Bon ok la poupée Barbie on peut la démembrer, mais en général quand un enfant fait ça on le réprimande de peur qu’il devienne plus tard un criminel sadique. Ça c’est pour les « geeks technologiques », hackers et libristes. Sebsauvage a selon moi une excellente approche, puisqu’il initie ses enfants (filles compris) à Minecraft et autres petits jeux favorisant la réflexion et la compréhension. Oui il fait du conditionnement, mais du conditionnement positif ^^  À 8 ans sa récente progéniture sera capable de poutrer le papa dans la conception de circuits de redstone ou les opérateurs PHP, et le papa sera fier :)

À propos des geeks de l’imaginaire (heroic fantasy, univers Marvel, roleplay, tout ça), même remarque: on « interdirait » aux petites filles de s’y intéresser parce que soit-disant « c’est pour les garçons ». Heureusement, ces passions deviennent de plus en plus simples à partager quels que soient les sexes et genres (et même: ages). Il n’y a plus de mal à se laisser vivre dans l’imaginaire. (bon quand même, le chuunibyou.. faut pas abuser hein ^^)

Hardcore-gamers: impossible qu’il y ait moins de femmes que d’hommes, déjà démographiquement les femmes (génétiques) tournent à ~55% de la population. J’imagine qu’il est juste encore trop « bizarre » dans l’inconscient collectif que les adolescentes aussi peuvent poutrer aux FPS, du coup c’est moins facilement partageable (et à la place dans les cours de récré ça discute mode et people).

De manière générale, se dire homme ou femme de prime abord en ligne c’est un complet non-sens pour moi: l’internet permet de s’affranchir des préjugés et idées subjectives, permettant d’apprécier les autres à leur juste valeur non pas pour ce que les personnes sont, mais pour ce qu’elles font. Homme, femme, noir, blanc, petit, grand, cheveux courts, cheveux longs, droitier, gaucher…  on s’en fout.

2. Tu ne penses pas que parfois, il faut vraiment protéger les enfants ?

J’ai 2 visions contradictoires:

Explications: fût une époque où on venait tout juste d’avoir l’ADSL 128k au foyer familial, Wanadoo tout ça, Windows XP… et papa a investi dans Norton Internet Security 2003. Je ne le remercierai jamais assez pour ça: il m’a pas fallu plus de 3-4 semaines pour savoir redémarrer le PC en mode sans échec avec prise en charge réseau, mode qui évidemment ne lance pas Norton et me permettait de surfer tranquille en faisant un bras d’honneur aux filtres du contrôle parental soigneusement configuré. Peu après j’ai appris qu’on pouvait tuer le processus Explorer, ce qui déverrouillait le processus Norton et me permettait de le tuer à nouveau. Puis Nouveau processus > Explorer.exe et le tour était joué :D   Puis à un moment j’en avais marre, j’ai bousillé les DLL de Norton et du coup c’était open bar. Donc franchement oui, si vous voulez que votre enfant maitrise l’informatique, mettez un firewall avec contrôle parental sur le PC :D La cerise sur le gâteau c’était le firewall IRL: la porte de la pièce fermée à clé. Il m’a pas fallu 10 minutes pour remarquer que la clé des chiottes ouvrait aussi cette porte.

D’un autre côté, je me rends bien compte maintenant que c’était ultra-dangereux: aucun antivirus, Internet Explorer, Windows XP en compte administrateur, l’enfant qui utilise un keylogger (!) pour chiper les mots de passe de tous les outils de filtrage installés, et qui surfait sans réelle supervision parentale. C’est pourquoi je conseille une approche concertée avec l’enfant: un PC sous GNU/Linux car c’est plus sûr, avec un Firefox équipé d’Adblock et Ghostery, et surtout WOT. Apprendre à l’enfant à se protéger lui-même, comme le fait très justement remarquer Sebsauvage. Et être à ses côtés quand la situation l’exige (un enfant ne doit jamais devoir hésiter à poser la question s’il est incertain de quelque chose -ne surtout jamais répondre « j’ai pas le temps »).

3. La liberté d’expression, jusqu’à quel point ?

Totale. Je crois que j’ai connu Freenet un peu avant Sebsauvage (à l’occasion de la loi Création et Internet « Hadopi 1″, hihi) et l’avantage c’est que ce réseau te balance à la gueule ce qui est pourtant évident: une liberté d’expression est totale ou absente, et la censure doit être strictement personnelle (« je ne veux pas voir ceci, donc je vais le filtrer mais sans l’imposer aux autres »). La censure n’a jamais empêché quoi que ce soit d’exister malgré tout, c’est pas en cachant l’homophobie, le racisme, l’antijudaïsme ou le nazisme qu’on les fait disparaitre. Au contraire: on crée un contexte de persécution qui mène à une escalade et une radicalisation.

Ah, à propos de pédopornographie: c’est justement parce qu’elle est censurée dans la quasi-totalité des pays au monde (et que la peine de mort rôde) que cette industrie (oui, industrie) est parmi les plus expertes et difficiles à démanteler. L’effet pervers c’est que le commun des mortels aura à s’inspirer et imiter leurs solutions pour -juste- pouvoir exprimer des idées subversives: le printemps arabe a montré à quel point le contrôle du net est fondamental pour un régime autoritaire, et que des entreprises françaises (Bull-Amesys) n’hésitent pas à vendre leur technologie (testée et approuvée au centre-même de Paris, cf leurs propositions commerciales de traçage et identification de SMS).

Dans ce jeu du chat et de la souris juste pour le partage d’œuvres culturelles, j’ai décidé de gonfler la souris aux hormones et l’initier au kung-fu. Don’t fuck with the internets.

4. Qu’est-ce que t’écoutes pour commencer ta journée ?

Ça dépend. Si c’est pour pondre du code, j’écoute de la chiptune et demoscene. La douche est agrémentée de trance, et la découverte artistique est libre.

5. Est-ce que Twitter, Facebook et Google ont gagné ?

Twitter n’est pas encore réellement dans la bataille, pour l’instant ils tiennent coup grâce aux apports en capital, mais va venir un temps où les actionnaires voudront un retour sur investissement et Twitter va devoir monétiser comme un diable. Et on voit dernièrement que ça se prépare: tweets sponsorisés, sélectionnés selon leur pertinence, adaptations aux « gouts » de utilisateur, … Twitter est sur la corde raide car l’engagement est plutôt faible et il est facile de « brancher » une instance StatusNet ou Friendica sur son compte Twitter (et il est crucial de continuer à utiliser des applications tierces au lieu de l’interface web, sinon l’interconnexion ne sera plus possible car l’API limitée ou supprimée).

Facebook est indéniablement entré dans les mœurs de beaucoup de gens, et pour qu’à court terme il perde il faudrait une méga-connerie (style merde totale dans la confidentialité des données, suppression de tous les comptes pseudonymés ou incomplets, ..). À moyen terme je pense que ça sera comme Myspace: incontournable un temps, démodé ensuite. Mais je ne pense pas que le successeur soit Google Plus.

Si on considère les services majeurs de Google, c’est une victoire totale en Europe:  recherche, cartographie, diffusion de vidéos, suivi statistique pour webmasters, synchronisation de mails et agendas avec un Android en constant progrès, navigateur web…  Google a trouvé son cercle vertueux et il est juste impossible de tenter de le concurrencer si on a pas des moyens financiers significatifs à lui opposer. Mais parfois Google ne s’impose pas par la seule volonté de l’utilisateur, par exemple Chrome: je doute sérieusement que l’utilisateur le préfère à Firefox sur son seul moteur WebGL plus rapide, et au niveau fonctionnalités il fait juste pâle figure face à Opera. So what ? Bah il s’installe le plus souvent par case précochée dans des logiciels, s’installe sans réveiller l’UAC (dans le dossier utilisateur) et se déclare navigateur par défaut. Un vrai hijacker, malgré tout apprécié.

6. Est-ce que tu es pour ou contre la polygamie ?

Pour, au moins parce que ça emmerde ceux qui s’imposent des « contrats d’exclusivité d’exploitation » qu’on appelle « mariage » :D Plus sérieusement: je ne crois pas que le « modèle familial » soit à imposer par la force publique ou législative: ma tendance va vers la liberté individuelle.

7. Quelle est la dernière série TV qui t’ai fait réfléchir ?

M’en rappelle pas. Tu sais, ça remonte à si loin…   /me ne regarde plus la télé

8.  La mémoire absolue, malédiction ou bénédiction ?

Le prix à payer me parait trop lourd. Et puis quel plaisir il y a à redécouvrir des choses si on est incapable de les oublier ? Ça servirait juste à rien de conserver des centaines de giga-octets de japanim’ :(

9. Qu’est-ce qui te rend foi en l’humanité ?

Les petites choses au quotidien, l’illusion que de manière générale l’humanité s’améliore. 140 caractères suffisent parfois, je n’ai que faire de l’Homme sur la Lune ou Mars: l’humanité aura le droit de lever les yeux quand elle aura définitivement cessé de se foutre sur la tronche à coups de bombes et contrats.

10. Si tu pouvais remonter dans le temps tu ferais quoi ?

Je préfère regarder vers l’avenir :) Et si je remontais dans le passé, l’avenir serait le présent actuel, et bah… Nope, do not want.

11. Qu’est-ce que tu voudrais faire dans l’immédiat ?

Manger. (pas encore déjeuné, rhaaaa)

flattr this!


Saouler ses voisins

Mon, 28 Jan 2013 15:23:04 +0000 - (source)

À la base je voulais ça avec HTML5 audio, mais les navigateurs ont la bonne idée d’introduire une mini-coupure avant la reprise de la lecture, dans les boucles. Pareil avec VLC, MPlayer, Totem…

out.ogg

Pour lire ça, le mieux c’est Audacity. Ouvrez le fichier, maintenez la touche « Maj » et cliquez sur le bouton Lecture. Boucle quasi parfaite :)

C’est un extrait de « Skrillex – The Disco Rangers Bus (Knows How To Rock N Roll) ». N’interrompez pas la boucle avant que les voisins dynamitent votre porte pour vous tabasser.

*soupir*

L’un des derniers trucs qu’on peut faire bien avec Flash, les loops. Bon je vous laisse, je crois qu’on a sonné…

flattr this!


On va faire du peer to peer comme ça, maintenant

Tue, 22 Jan 2013 19:10:18 +0000 - (source)

Angel Beats, vous connaissez ? Oui une série japanimée qui a eu pas mal de succès il y a pas trop longtemps, certains ont eu la joie de découvrir grâce à feu Fansub Streaming.

Et bien vous savez quoi ? La série est disponible sur divers réseaux peer to peer traditionnels. Ces réseaux qui sont, je vous en sais conscients, monitorés par des gens pas sympas qui n’ont aucun mal à savoir que vous téléchargez/partagez ceci ou cela. Oui, je pense à la Hadopi aussi, même si eux c’est juste la musique et les films « mainstream ».

Et bien, j’en ai marre de faire dans la dentelle. Souffrez de me voir publier des liens Freenet. À commencer par Angel Beats. (EDIT: j’ai décidé: ça sera.. de la marmelade HTML générée par bash ! Un plaisir à insérer en freesite !)

Qu’est-ce qu’il disait déjà, le monsieur de la DCRI ? Ah oui: « Hadopi ça va pousser les gens à chiffrer toutes leurs communications ». Bah oui que voulez-vous, quand on verse dans le liberticide, on radicalise les libertaires.

EDIT2: encore pire, un dépôt Github.

 

flattr this!


Powered by VroumVroumBlog 0.1.32 - RSS Feed
Download config articles