Croyances populaires

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Margot believes in Batman, Saint-Cloud, photographie de Rémi Noel. Découverte via L'Antre. Et merci à tineye.com.



Super Marie, détournement de Soasig Chamaillard. Découverte via Stéphane Pajot.

Plus jeune, j'avais un pote dont les parents avaient décoré leur maison avec des crucifix détournés. Jésus en Spider-man. Jésus fait du parapente. Et le détournement détourné ultime : Barbie sur un crucifix. Appropriation des codes, imagination et poésie comme seules directions.

Lucidité tardive

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Ivan Levaï, voix historique de la radio, vient d’être évincé de l’antenne de France Inter, où il présentait la revue de presse du week-end, a confirmé mardi à l’AFP le journaliste, qui estime avoir été rangé dans «la catégorie des vieux cons caducs». «On m’a dit que je devais montrer l’exemple et laisser la place aux jeunes», a déclaré Ivan Levaï, 77 ans, après que France Inter lui a signifié la fin de son émission Le kiosque, diffusée samedi et dimanche.

[ Libération le 24 juin 2014, «Viré» de France Inter, Ivan Levaï dit avoir été rangé dans «la catégorie des vieux cons caducs» ]
Enfin... Cette décision aurait dû être prise depuis bien longtemps, et surtout depuis le traitement honteux de l'affaire DSK par Ivan Levaï.

Méthode gouvernementale

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

À partir de la nouvelle reculade du gouvernement sur les ABCD de l'Egalité et la taxation de l'A84 pour la nouvelle écotaxe (A84 et axe Nantes-Rennes qui ne traversent pas la Bretagne...).

Même si le gouvernement se garde bien de le théoriser, Hollande, jour après jour, dossier par dossier, construit ainsi une méthode de gouvernement, par l’ambiguïté, la dissimulation, et l'antiphrase. On n'est pas exactement dans le fameux "la paix, c'est la guerre", de 1984, mais plutôt dans un "la paix, c'est la guerre qui est la paix", qui sophistique le dispositif.

Ses ressorts ne sont pas, en eux-mêmes, méprisables : la recherche du consensus, l'obsession d'éviter les vaines et épuisantes campagnes d'insultes qui furent la marque du sarkozysme, sont un service rendu à la psychologie collective. Mais on voudrait être certain que ces louvoiements sont au service d'un grand objectif, même masqué, dans la ligne du "La finance c'est l'ennemi", de la campagne. Ah, comme on crierait (silencieusement) : vas-y François, avance masqué, c'est pour la cause ! Le problème, c'est qu'on est à peu près certains du contraire.

Daniel Schneidermann, La route qui traverse la Bretagne sans la traverser, publié le 24 juin 2014 sur Rue89.

Compatibilité maximale

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Le Front national a décidé de passer au crible la vie privée des journalistes qui couvrent son actualité. Et ce dans le but de «les écraser» et de leur «marcher dessus». Les mots sont de Philippe Martel, le chef de cabinet de Marine Le Pen, cité par Le Point.

«On va vous rentrer dans le lard», a expliqué à une journaliste de l'hebdomadaire cet ancien collaborateur d'Alain Juppé passé au Front national. Dans son viseur: «Tous ces connards de journalistes institutionnels». «De toute façon, les Français vous détestent. Notre plan média, c'est de vous attaquer à mort. La presse nous est défavorable, pourquoi continuer à collaborer avec elle?» dit-il. Et d'ajouter: «Il faut dire les études que vous faites, les appartements que vous habitez.»

[ Le Front national passe au crible la vie privée des journalistes, lefigaro.fr le 27 mai 2014 ]

Et comme le disait Nicolas Sarkozy, et comme en sont encore convaincus certains, le front national est toujours compatible avec la République ?

Contestation footballistique

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
De plus en plus les sommes folles dépensées dans l'organisation des grandes messes footballistiques planétaires sont contestées.

On le constate en ce moment avec cette œuvre de Paulo Ito à São Paulo (peinte sur le mur d'une école) pour la Coupe du Monde qui se déroulera prochainement au Brésil. Le coût estimé (source : rue89) est de 11 milliards de dollars.

Paulo Ito - São Paulo - eventopompeia2014didatico
Source : Flickr/CC/Paulo Ito https://www.flickr.com/photos/pauloito/13998946669

On le voit aussi avec cette œuvre de Goin à Athène en 2013.

goin athenes 2013 - need food not football

Source : http://www.goinart.net/goin-to-athens/

Mais la contestation ne doit pas exister que pour ces événements planétaires. Elle doit exister à chaque niveau, même et surtout au niveau local.

Exemple dans ma commune. Le terrain de football en herbe datait de 1987, et selon les intéressés, ne répondait plus aux exigences : impraticable l'hiver, drainage inexistant etc. Il a été décidé de dépenser plus de 900 000 € pour équiper la commune d'un nouveau terrain de football, synthétique cette foix, et donc praticable en toute saison. Après récupération d'une partie de la TVA, et après déduction des subventions diverses, la charge de la commune s'élève à 700 000 €. Soit 20 % des recettes annuelles.

La demande était sans doute légitime et le confort des footballeurs était certainement insuffisant. Mais pendant ce temps, le budget alloué à l'école publique est figé depuis 4 ans (ce qui équivaut à un appauvrissement de l'école compte tenu de l'augmentation du coût de la vie). Pendant ce temps, la municipalité décide d'augmenter tous les tarifs des services municipaux, bien au dessus de l'inflation (accès au restaurant scolaire, accueil périscolaire, accueil de loisir.). Pendant ce temps, la municipalité décide que les Nouvelles Activités Périscolaires (application de la réforme des rythmes scolaires) seront payantes et ne seront que très faiblement prises en charge par la collectivité. Le prétexte ? Nous sommes une commune pauvre, sans beaucoup de recettes, et les futures dotations de l'État sont incertaines. Nous ne pouvons faire mieux.

La politique est une affaire de choix, d'orientation. Investir plusieurs centaines de milliers d'euros dans des équipements sportifs dispendieux, c'est un choix politique. Quand ce choix se fait au détriment de l'éducation fondamentale, cela devient révoltant.

Nous avons besoin de nourriture, mais aussi d'éducation. Ensuite seulement de football. Tout ceci est affaire de choix, donc de politique. La politique commence à notre porte. La prise de conscience est nécessaire. Les jeux ne peuvent plus suffire à calmer le peuple.

Nostalgie lycéenne

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Quelle chance vous avez lycéens d'aujourd'hui de pouvoir emmerder tous ces fachos de la manif pour tous, ces crétins de la droite et de l'extrême droite juste en laissant vos shorts à la maison et en mettant une jupe (ou autre, faites comme voulez).

Que j'aurais aimé les provoquer, me moquer d'eux sous leur nez et leur barbe, engoncés dans leurs attitudes réactionnaires et passéistes. Avec 17 ans de moins, j'aurais sans doute piqué une paire de collants à ma mère et fait un saut chez Emmaüs pour acheter une jupe. J'aurais été fier de parader devant ce public de fachos, de les choquer et de leur crier : Non, vous ne direz ni aux hommes, ni aux femmes, ni à qui que ce soit ce qu'il doit faire. Notre libre arbitre vous emmerde. Vous n'avez aucun droit sur moi, sur mes choix vestimentaires, sur mes droits, sur mes libertés, sur ma sexualité, sur ma culture. Je vous conchie !. Vous n'êtes pas contents ? Dites-le. Et ça ne fera qu'accroître mon envie de vous défier encore et encore.

Allez-y, faites vous plaisir ! Ressortez Porcherie, la fameuse chanson des Béruriers Noirs, et hurlez à plein poumon votre haine de l'intolérance, des fachos etc.

Pujadisme du jour

Rédigé par jdrien - - 2 commentaires
Le service public n'a manifestement rien à refuser à la présidente du FN. Selon mes informations, David Pujadas a renoncé à lui opposer Martin Schulz, le président du Parlement européen et tête de liste des socialistes européens pour les élections du 25 mai prochain, celle-ci ayant menacé de boycotter « Des paroles et des actes » programmé jeudi soir dont elle est l'invité vedette. Une belle preuve d'indépendance journalistique : est-ce aux invités de choisir leurs contradicteurs ? N'aurait-il pas été davantage conforme à la déontologie journalistique que David Pujadas renonce à inviter Le Pen ?

La présidente du FN a notamment fait valoir qu'il s'agissait d'une « campagne française », ce qui est un comble pour une élection européenne… En réalité, elle craignait d'avoir face à elle un contradicteur pugnace qui sait parfaitement ce qu'elle ne fait pas au Parlement européen.

[ Jean Quatremer, Marine Le Pen dicte ses conditions à France 2 le 09 avril 2014 ]
À mettre en parallèle avec le journal de M. Pujadas de la veille, le 08 avril 2014, pendant lequel des intermittents du spectacle se sont introduits sur le plateau. M. Pujadas a alors rendu l'antenne en indiquant ne pas pouvoir faire ce journal sous la pression (sic).

Quand le service public laisse l'extrémisme et le populisme dicter ses lois, on se dit qu'on a pas fini d'entendre les chemises brunes se gausser autour de nous. Sombre pays.
Fil Rss des articles