Le Monde, toujours sans pub pour moi

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Ce matin, sur le site lemonde.fr, une nouvelle page d'accueil :

lemonde.fr antipub

Pour la rédaction du journal : le modèle économique basé sur la publicité ne fonctionne pas. Je n'en veux pas. Le modèle sur abonnement ? J'ai déjà quantité d'abonnements à des journaux et ou magazines. Proposez-moi autre chose, mais en tout cas la culpabilisation ne fonctionnera pas. Si la rédaction du journal n'a toujours pas compris cela, désolé pour eux. Dernière chose : je n'autorise pas le journal à savoir si j'utilise ou non un bloqueur de publicité. Je n'autorise pas non plus ce journal à savoir comment je lis leur contenu. Le site Internet du journal est publiquement accessible et j'utilise les outils que je veux.

 

Donc le monde tournera sans moi. Tant mieux pour eux sans doute.

 

Bonheur du jour : ne plus avoir écouté Ruquier depuis 4 ans, et ne pas le regretter

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Cela fait maintenant quatre ans que je n'écoute plus Laurent Ruquier, que j'avais connu avec Jacques Martin à la télévision, et sur France Inter, tout d'abord dans Rien à Cirer (ce que j'avais ri lorsque l'équipe avait fait l'émission à Bourges ou sur l'île de Tatihou). Je l'avais suivi sur Europe 1, à regret, zappant de France Inter à Europe 1 juste à 16h30 dans la voiture. Mais voilà, la lassitude. La ras de bol d'une équipe en bout de course, qui tourne en rond. Qui n'invente pas, qui ne surprend pas. Qui ne convient plus. Oh ils n'avaient pas changé, non c'est moi. J'avais mûri, certainement. Je voulais autre chose, et ce autre chose fut Radio Nova. Le bonheur d'une écoute sans pareille, des découvertes, de la curiosité. Bref d'une ouverture vers le monde, vers les autres. Ce que je ne retrouvais pas chez Ruquier.

Une rupture qui amena un bonheur donc. Et aujourd'hui, j'ai pu écouter la bande de Ruquier dire des inepties sur Pierre Boulez, document ressorti par Libération suite au décès du compositeur :

Beaufitude zénithale.

En mars 2015, la bande de Laurent Ruquier des Grosse Têtes débattaient sur RTL des mérites de Pierre Boulez, qui vient de décéder à l'âge de 90 ans. La vision de cet extrait de moins de trois minutes d'une beauferie absolue est clairement plus indigeste que l'écoute des quelques 35 minutes du Marteau sans maître du compositeur.

[ liberation.fr le 06 janvier 2015 ]

La vidéo en question :

 

Mon bonheur aujourd'hui fut donc de continuer à retrouver Radio Nova et de ne pas regretter Laurent Ruquier. Laurent, désolé, mais j'ai une indigestion de couscous-boulez... Sans rancune, je garde quand même tes livres, pour me souvenir de la période Rien à cirer.

Grooveshark - 2006 - 2015

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Grooveshark, qui avait mes faveurs pour le streaming musical, a fermé ses portes hier. Sous les pressions des majors de la musique, bien sûr...

Page d'accueil de grooveshark.com le 1er mai 2015.

The company, which was founded in 2006, went on to recommend some of the newer music streaming services that were established after its launch nearly 10 years ago, such as Spotify and Deezer.

Grooveshark suffered a major defeat last fall when a U.S. District Court judge found that its employees had violated copyright infringement laws.

That lawsuit was only the latest in a series of legal battles that started six years ago and led to Grooveshark being temporarily blacklisted from Google’s autocomplete search results in 2013.

[ Techcrunch le 30 avril 2015 ]

 

 

Pas sortis de l'auberge

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Nous ne sommes pas sortis de l'auberge, c'est le moins que l'on puisse dire :

Le chef de l'Eglise catholique a redit son opposition au contrôle « artificiel » des naissances, critiquant indirectement les pays riches et les organisations internationales qui cherchent à influencer le style de vie et la morale des pays les plus pauvres.

Le pape a pris l'exemple d'un ministre de l'éducation nationale qu'il a connu autrefois et qui proposait de construire des écoles pour les plus démunis à conditions que leurs bibliothèques mettent à disposition un livre sur la théorie du genre qui pose la question du rôle de l'homme et de la femme. « Il s'agit de colonisation intellectuelle. Ils colonisent les peuples avec des idées qui cherchent à changer les mentalités et les structures. »

« Mais il n'y a rien de nouveau. Cela a été fait par les dictatures du siècle dernier », a-t-il déclaré, citant les jeunesses hitlériennes et « Opera Nazionale Balilla », leur homologue italienne fondée sous le régime de Benito Mussolini.

[ Le Monde, Pour le pape, les catholiques ne doivent pas se reproduire « comme des lapins », publié le mardi 20 janvier 2015 sur lemonde.fr. ]

Et cette très belle phrase, qui restera dans les mémoires :

« Certains pensent, excusez-moi du terme, que pour être de bons catholiques, il faut se comporter comme des lapins, mais ce n'est pas le cas. »

Lors de la venue de JPII à Paris pour les JMJ en 1997, j'avais affiché cette Une de Charlie Hebdo dans mon terrier :

Charlie Hedo 270 Ville lumière accueille l'obscurantisme

18 ans plus tard, on peut faire la même : Riss, quand tu iras mieux...

Lucidité tardive

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Ivan Levaï, voix historique de la radio, vient d’être évincé de l’antenne de France Inter, où il présentait la revue de presse du week-end, a confirmé mardi à l’AFP le journaliste, qui estime avoir été rangé dans «la catégorie des vieux cons caducs». «On m’a dit que je devais montrer l’exemple et laisser la place aux jeunes», a déclaré Ivan Levaï, 77 ans, après que France Inter lui a signifié la fin de son émission Le kiosque, diffusée samedi et dimanche.

[ Libération le 24 juin 2014, «Viré» de France Inter, Ivan Levaï dit avoir été rangé dans «la catégorie des vieux cons caducs» ]
Enfin... Cette décision aurait dû être prise depuis bien longtemps, et surtout depuis le traitement honteux de l'affaire DSK par Ivan Levaï.

Compatibilité maximale

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Le Front national a décidé de passer au crible la vie privée des journalistes qui couvrent son actualité. Et ce dans le but de «les écraser» et de leur «marcher dessus». Les mots sont de Philippe Martel, le chef de cabinet de Marine Le Pen, cité par Le Point.

«On va vous rentrer dans le lard», a expliqué à une journaliste de l'hebdomadaire cet ancien collaborateur d'Alain Juppé passé au Front national. Dans son viseur: «Tous ces connards de journalistes institutionnels». «De toute façon, les Français vous détestent. Notre plan média, c'est de vous attaquer à mort. La presse nous est défavorable, pourquoi continuer à collaborer avec elle?» dit-il. Et d'ajouter: «Il faut dire les études que vous faites, les appartements que vous habitez.»

[ Le Front national passe au crible la vie privée des journalistes, lefigaro.fr le 27 mai 2014 ]

Et comme le disait Nicolas Sarkozy, et comme en sont encore convaincus certains, le front national est toujours compatible avec la République ?

Pujadisme du jour

Rédigé par jdrien - - 2 commentaires
Le service public n'a manifestement rien à refuser à la présidente du FN. Selon mes informations, David Pujadas a renoncé à lui opposer Martin Schulz, le président du Parlement européen et tête de liste des socialistes européens pour les élections du 25 mai prochain, celle-ci ayant menacé de boycotter « Des paroles et des actes » programmé jeudi soir dont elle est l'invité vedette. Une belle preuve d'indépendance journalistique : est-ce aux invités de choisir leurs contradicteurs ? N'aurait-il pas été davantage conforme à la déontologie journalistique que David Pujadas renonce à inviter Le Pen ?

La présidente du FN a notamment fait valoir qu'il s'agissait d'une « campagne française », ce qui est un comble pour une élection européenne… En réalité, elle craignait d'avoir face à elle un contradicteur pugnace qui sait parfaitement ce qu'elle ne fait pas au Parlement européen.

[ Jean Quatremer, Marine Le Pen dicte ses conditions à France 2 le 09 avril 2014 ]
À mettre en parallèle avec le journal de M. Pujadas de la veille, le 08 avril 2014, pendant lequel des intermittents du spectacle se sont introduits sur le plateau. M. Pujadas a alors rendu l'antenne en indiquant ne pas pouvoir faire ce journal sous la pression (sic).

Quand le service public laisse l'extrémisme et le populisme dicter ses lois, on se dit qu'on a pas fini d'entendre les chemises brunes se gausser autour de nous. Sombre pays.

Moulinsart SA, fossoyeur de Tintin

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
tintin censure le petit XXle
Patrimoine commun

Aux Etats-Unis, Marvel et DC, s’ils savent aussi être pénibles, ont tout de même laissé leurs personnages de superhéros vivre leur vie. Superman, Batman ou Spiderman ne sont ainsi plus seulement des personnages de comics, ce sont aussi des héros de cinéma et d’Internet. Ce sont des mèmes, utilisés à satiété pour commenter l’actualité ou simplement pour faire des blagues. Cela rend ces héros créés au lendemain de la Grande Dépression pour le premier, juste avant la Seconde Guerre mondiale pour le second, et dans les années 60 pour le troisième, encore bien vivants. Ils ont réussi le pari d’être une partie intégrante du patrimoine culturel américain tout en restant en phase avec la société. Pour Marvel, ce détournement des œuvres est loin d’être un problème et a même permis à l’entreprise de devenir un studio hollywoodien surpuissant.

Tintin, pour le monde francophone, pourrait être la même chose. Un étendard et un bien culturel commun. Un signe de fierté à promouvoir pour montrer la capacité de notre culture à éclairer et interpréter les enjeux du monde actuel. Au contraire, les éditions Moulinsart ont choisi de mettre le petit personnage sous cloche, dans un musée d’où il n’a pas le droit de sortir. Il prend doucement la poussière. Face à la concurrence des héros de comics et de mangas, accessibles partout et tout le temps, Tintin est invisible. Les jeunes, petit à petit, ne se tourneront plus vers lui. Ils vont l’oublier. Au-delà d’une simple ligne de bénéfices en bas du bilan comptable des éditions Moulinsart, de toute évidence, Tintin se meurt.

[ Quentin GIRARD, Tintin prisonnier de Moulinsart, liberation.fr le 26 mars 2014 ]


Le problème de l'appartenance de la création au créateur est connu (cf par exemple la mort de Sherlock Holmes par Sir Arthur Conan Doyle.). À partir de quel moment la création n'appartient plus au créateur ? Quand fait-elle partie de notre culture commune, de notre patrimoine ? Ce qui se joue derrière cette question est notamment la problèmatique du droit d'auteur...

Mais ce qui se passe ici c'est la question des ayants droits. Quels sont les droits des personnes qui n'ont rien à voir avec le processus créatif (cas de la société Moulinsart SA dirigé par Nick Rodwell, époux de la veuve d'Hergé). Ces personnes se comportent comme des parasites, de vulgaires gstionnaires qui confisquent un patrimoine culturel commun. Dommage, de moins en moins de personnes liront Tintin. De moins en moins de jeunes découvriront Tintin. Tintin sera mort, et avec lui tout un pan de notre patrimoine.

Cours de pr0n à l'usage des politiques

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Dans l'émission Salut les Terriens ! d'Ardisson, un ancien ministre avouait à la France entière qui n'en demandait pas tant qu'il va parfois sur YouPorn, «comme tout le monde».

[...]

Il existe des dizaines de sites bien plus intéressants. On ne demandait pas à Laurent Wauquiez de connaître Futanaria mais au moins de disserter sur des généralistes aux niches multiples comme Xhamster et Xvideos ou des très spécialisés mais connus comme Kink.com. S'il était resté sur la ligne de son ancien gouvernement, il aurait aussi pu défendre un modèle payant respectueux des droits d'auteur ou la tarification des sexcams à la manière de Cam4, mélange de prostitution qui ne dit pas son nom et d'artisanat libertin. S'il l'avait joué à la sauce Montebourg, il aurait été de bon goût de promouvoir Dorcel (même s'il tourne beaucoup en Hongrie). Pour se rapprocher du peuple, défendre Jacquie et Michel, le site préféré des exhibitionnistes et des camionneurs, aurait été une excellente idée. Si à la question, «porno ?», Laurent Wauquiez avait répliqué «Et merci qui ? Jacquie et Michel», on aurait eu beaucoup de respect pour lui. Peut-être même qu'en répondant YouPorn, «comme tout le monde», le député nous prouve que, dans le fond, il n'en regarde pas mais que l'ambiance de l'émission et l'air du temps lui imposent de répondre positivement.

[ Quentin GIRARD, Monsieur Laurent Wauquiez, il y a mieux que YouPorn, publié le 09 décembre 2013 sur liberation.fr ]

Sexualisation rance

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Il y a des pensées vieillies et nocives qui hantent les débats dès qu’il est question de sexualité. Il y a cette conviction qu’il existe des choses naturelles, des évidences essentielles que, jamais, rien ne démentira.

Pour les antimariage pour tous, deux personnes du même sexe ne peuvent élever un enfant.

Pour les machos et les viragos alliés dans le même différentialisme, l’homme a plus de besoins sexuels que la femme, et il est écrit de toute éternité que l’un paiera pour assouvir ses pulsions animales que l’autre accueillera en silence, en rêvant à l’impossible prince attentionné qui protégerait sa sensibilité maternante de belle au bois dormant.

Pour les abolitionnistes, le client de prostitués est un violeur qui s’ignore, la fille publique n’est qu’une esclave dénuée de libre arbitre, l’homme des bois est un prédateur, la femme - courage ne peut être que victime, la Suède, c’est le paradis, la Suisse, c’est mal, la Nouvelle-Zélande, c’est trop loin pour y aller voir.

En résumé, les hommes sont méchants, les femmes sont gentilles.

Et si moi, en tant qu’homme génétique, j’avais envie que ce soit la journée de la gentillesse toutes les semaines ?

Et si l’homme unique qui est en moi voulait être une foule sentimentale à lui tout seul ?

Et si moi, en tant que femme sporadique, j’avais envie d’affirmer ma méchanceté ? Dites-moi, je fais comment ?

[ Luc Le Vaillant, La sentimentalité, autre violence «faite» aux femmes... publié le 25 novembre 2013 sur liberation.fr ]

Tireur fou à Libération, gestion de crise à l'UMP

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Faisant suite à une fusillade dans les locaux du journal Libération le 18 novembre 2013, la leçon en responsabilité de Daniel Glazman à un responsable UMP de Chaville.
Être un n-ième couteau de l'UMP mais avoir des rêves de gloire, se réveiller le matin du 18 novembre 2013 en ne se sentant plus pisser, découvrir qu'un type vient de blesser grièvement par arme à feu quelqu'un au siège du journal Libération, et twitter une ignoble connerie profonde sur un compte mentionnant «Responsable UMP de la ville de Chaville».

Voir dans les secondes qui suivent des réactions évidemment outrées

Commencer à publier des tweets disant que (je cite) le tweet de départ a été mal compris, qu'il a même été détourné !!!

Voir la twittosphère exploser, encore une fois évidemment...

Protéger son compte twitter pour que plus personne sauf les followers ne puissent lire les conneries. Surtout ne pas poster d'excuses. Ne rien reconnaître. Une fois qu'on a la tête dans la merde, on ne doit plus sentir l'odeur.

La gestion de crise, cher Monsieur Julien Nicolai de l'UMP de Chaville, ça commence par éviter de raconter absolument n'importe quelle connerie débile au seul prétexte de vouloir exister politiquement, c'est aussi d'arrêter de croire que l'existence politique ne passe que par la communication. Si vous cherchez un coach en gestion de crise, j'ai une experte internationale à vous recommander. La « responsabilité », cela doit passer par ça aussi, même à l'UMP. À bon lecteur...

[ Daniel Glazman, Gestion de crise par Julien Nicolaï, UMP, publié le 18 novembre 2013 ]
La copie d'écran du rédacteur fou :

twitter liberation julien nicolai

Dernier Chapitre - Les charognards

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Depuis avril, il ne se passe pas un jour sans que des dizaines et des dizaines de clients vous posent sans cesse les mêmes questions... Pourquoi, comment ?

Au début, il y a la sympathie puis la nature humaine reprend le dessus. « Vous allez faire des soldes ? » « Quand-est-ce que vous liquidez ? » Puis arrive le pillage car il n’y a plus d’argent donc, plus de vigile. Les clients s’en donnent à cœur joie, vous toisent du regard, genre « tu sais que je viens de te voler, mais tu ne peux rien faire ».

Alors dès que votre réveil sonne, les crampes au ventre arrivent et ne vous lâchent pas.

[ Fin des librairies Chapitre : disquaire, je serre les dents depuis six mois, publié le 16 novembre 2013 sur rue89.com ]
Le fonds de pension américain Najafi a annoncé la mise en vente de la chaîne de magasins culturels Chapitre. Depuis, les salariés vivent dans l'angoisse du lendemain, tout en sachant que l'histoire se terminera chez Pôle Emploi. Des fournisseurs se détournent (Hachette a décidé ne plus livrer les magasins Chapitre), les clients se transforment en charognards (sans attendre que le cadavre soit refroidi). Triste société.

Jouons un peu avec l'Agence Au Grand Coeur

Rédigé par jdrien - - 7 commentaires
17h30, hier. Je reçois un appel téléphonique sur mon téléphone fixe. Une voix robotique résonne dans l'appareil :
Vous êtes célibataire, divorcé, veuf et vous cherchez l'amour ? Ne restez pas seul, l'Agence Au Grand Cœur peut vous aider. Pour qu'une téléconseillère vous rappelle, appuyez sur la touche 1.

D'humeur joueuse, je tape 1.

Quatre minutes plus tard, nouvel appel, toujours sur mon téléphone fixe :
- Allo, Monsieur BIP ? Je me présente : Anna, de l'Agence au Grand Cœur. Je peux vous aider à trouver ce que vous cherchez.
- Ah, c'est l'Agence au Grand Cœur... Je n'avais pas bien compris, ça ne correspond pas tout à fait à ce que je cherchais...
- Vous aviez compris quoi Monsieur et que cherchez-vous ?
- J'avais compris l'Agence au Grand Cul et c'est ce que je cherche...
- Vulgaire ! Gros con va !
- C'est que je cherche aussi...
- Au revoir Monsieur ! [elle raccroche]
- BIP, Monsieur BIP.

Mme Anna, vous avez égayé ma journée. Merci pour tout. Merci l'Agence au Grand Coeur.

Mixité restrictive, indignation relative

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Grosse émotion (tout est relatif) relayée par Slate.fr :
A 12 ans, Maddy Paige fait partie depuis un an de l'équipe de football américain de son école privée de l’État de Géorgie. Enfin, faisait partie, puisque l'école de Strong Rock Christian a décidé qu'elle ne pourrait plus jouer à la rentrée scolaire.

Sa mère, Cassy Blythe, expliquait fin juin à l'Atlanta-Journal Constitution être sous le choc, puisqu'elle n'avait reçu jusque-là que des encouragements des coachs pour sa fille. Les explications de l'école pour cette décision sont confuses. Officiellement, l'école s'est contentée d'écrire dans un communiqué à une chaîne locale que leur «politique officielle est que les collégiennes [notre équivalent de la middle school américaine, NDLR] jouent à des sports de filles, et que les collégiens jouent à des sports de garçons». Une explication qui semble étrange, vu que Maddy jouait au foot en 6th grade, première année de la middle school.

Mais d'après Cassy Blythe, le directeur de l'école lui en a dit davantage sur les raisons d'une telle logique:
        «Il s'inquiétait
            que les garçons puissent avoir des pensées impures
            que les discussions de vestiaire seraient trop dures pour elle
            que les garçons et les filles ne devraient être en compétition dans aucun sport
            qu'il y a d'autres sports auxquels elle peut jouer
            qu'en tant qu'école privée, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient
            qu'il avait prié sur le sujet et que c'était la bonne chose à faire.
        Il a aussi cité la Bible en disant que les hommes et les femmes sont créés comme des égaux mais différents, et qu'ils ne devraient donc pas être autorisés à faire les mêmes sports.»

Une explication jugée «ridicule» par Cassy Blythe, entre autres parce que Maddy avait de toute façon son propre vestiaire, et parce que «ce n'est pas la faute de Maddy si les garçons ne peuvent pas contrôler leurs pensées ou leurs envies. Ils doivent apprendre à contrôler ce qui se passe chez eux, tout comme Maddy».

Elle estime que «si une fille remplit les mêmes conditions que les garçons, elle devrait avoir le droit de jouer». La famille a lancé une page Facebook intitulée «Let her play», «laissez-la jouer», qui en est à plus de 40.000 likes.

    [ Cécile Dehesdin  - Maddy, 12 ans, exclue de son équipe de foot pour éviter les «pensées impures» aux garçons, publié sur slate.fr le 02 juillet 2013 ]
L'indignation est normale : pourquoi empêcher une jeune fille de jouer aux mêmes sports que les garçons de son âge ? Pourquoi les garçons et les filles ne pourraient-ils pas jouer ensemble aux mêmes jeux ? La question est légitime, surtout avec les arguments pourris sortis par le personnel de l'école privée. Enfin, j'ai surtout l'impression que l'on aime beaucoup en France s'indigner de ce qui se passe aux États-Unis, surtout quand il y a un relent de pudibonderie et d'une certaine idée de la place de la religion dans la société.

Donc ni une, ni deux, je me suis demandé ce qu'il en était avec le sport national français, le football.
Article - 155 Mixité
1. Les joueuses U6 F à U15 F peuvent évoluer dans les compétitions masculines :
- de leur catégorie d’âge,
- de catégorie d'âge immédiatement inférieure à la leur mais uniquement dans les compétitions de Ligue et de District.
2. Par ailleurs les équipes féminines U15F peuvent participer à des épreuves régionales ou départementales masculines U13 dans les conditions de l’article 136.3 des présents règlements.

[ Fédération Française de Football, Règlements Généraux de la FFF ]

Donc, même chose en France finalement : à partir d'un certain âge les filles seront empêchées de jouer dans une équipe mixte, avec ou contre des garçons. Il faudra bien séparer tout cela. La mixité n'appartient qu'au monde innocent de l'enfance... J'aime beaucoup la notion de mixité dans les règlements de la FFF : il s'agit en fait d'autoriser les filles à jouer avec les garçons (ou contre, peu importe). Il ne s'agit de faire jouer les filles et les garçons, non : on accorde un peu de place aux filles dans un monde de garçon. C'est une vision très minimaliste de la mixité : l'incursion des filles chez les garçons, et non pas le mélange. Encore une fois, cet article dans les règlements généraux n'est pas là pour ouvrir la mixité mais pour la réduire. Une fille qui apprécie le football devra, à l'adolescence soit se trouver une équipe féminine accueillante, soit trouver un dérivatif (par exemple l'arbitrage... pour les amateurs j'imagine).

On pourra toujours arguer qu'il s'agit d'un problème de force physique etc. Bien sûr, tout ça c'est pour les protéger. Comme si les filles avaient besoin de protection par rapport aux garçons (je pense juste que les filles, et les garçons ont simplement besoin d'éducation au vivre ensemble). En aucun cas il ne s'agit d'exclure les filles, d'éviter de pseudo-problèmes dans les vestiaires etc.

Conclusion : les filles ont autant le droit que les garçons de devenir des bourrins amateurs de foot. Et ce sera très bien comme ça !

Jean Marais et les francs-maçons

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

inconnu du lac : affrontements entre pro et anti à saint-cloud - photographie AFP/Kenzo Tribouillard

[ "L'Inconnu du lac" : affrontements entre pro et anti à Saint-Cloud, photographie AFP/Kenzo Tribouillard, publiée le 16 juin 2013 sur www.leparisien.fr ]

Les slogans sont priceless :
 - A quand la légalisation de la polygamie, de l'inceste, de la zoophilie ? (qu'est-ce que ça à voir avec la choucroute ?) ;
 - Adoption, PMA, GPA, c'est non ! (tout dans le même sac ?). Slogan d'une fillette d'une dizaine d'années... Si ce n'est pas de la manipulation ça...
 - Jean Marais ne revendiquait pas ! (toujours par une fillette...) ;
 - Homos la franc-maçonnerie se sert de vous pour faire ses lois ! (le plus WTF de la bande).

Soupirs...

Foire à la bêtise

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

[...]

Un amalgame naïf, pervers

Eh bien non, la mort de Clément Méric n’est pas un simple fait divers : elle s’inscrit dans un contexte politique, économique et social très particulier, sans avoir besoin d’invoquer le cliché de « l’ambiance années 30 ». Ce n’est pas un accident si, dans plusieurs pays d’Europe, de telles exactions sont commises par des groupes de la même eau néofasciste.

D’autant que le coup de poing mortel de la rue Caumartin a été, en France, précédé une série d’agressions du même type, à coup de batte de baseball, contre des homosexuels, des immigrés ou des militants de gauche, que ce soit à Lille, à Lyon ou à Villeurbanne.

Par ailleurs, non, l’extrême gauche n’a rien à voir l’extrême droite : cet amalgame est au mieux naïf, au pire pervers. Même quand, dans les années 70, certains groupes d’extrême gauche légitimaient la violence contre l’ordre établi et ses symboles, il est impossible d’assimiler celle-ci aux ratonnades ou aux « chasses au pédés » perpétrés par des nostalgiques d’Adolf Hitler.

Mettre dos à dos les groupes antifascistes et des groupes néonazis est non seulement une ânerie, mais aussi une méconnaissance indigne de notre Histoire.

[ Mort de Clément Méric : la foire aux âneries , Pascal Riché le 07 juin 2013 - Rue89.com ]

Mise au point salutaire de Pascal Riché à propos de la mort de Clément Méric. Tant de bêtises sont dites, tant d'âneries sont proférées que l'on se demande qui sera le champion du ridicule. Entres les raccourcis, les simplifications qui ne sont des explications simplistes et la mauvaise foie assumée de certains, il est difficile de trouver une once d'intelligence.

Bernard Debré, professeur des amalgames

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
La mort d'un militant d'Extrême-gauche

La mort d’un jeune homme est toujours un drame épouvantable. Ce jeune a vraisemblablement été très sauvagement agressé par une bande de néo-fascistes agressifs. Il semblerait que ces bandes se connaissaient, mais ce n’est pas une excuse évidement.

La violence qui règne actuellement du fait de bandes d’Extrême-droite comme d’Extrême-gauche est insupportable. Il est évident que si son appartenance à un groupuscule connu (néo-fascistes, skinheads) est avéré, il faudra certainement interdire ce type de groupuscule hyper-dangereux.

Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi ces bandes, qui viennent polluer, aussi bien à droite qu’à gauche, les manifestations souvent pacifiques, sont encore en liberté, ou du moins pourquoi leur groupuscule n’est pas été interdit.

Il est dramatique que cette violence règne. Elle a plusieurs raisons, plusieurs motivations et d’abord l’égarement idéologique de l’Extrême-droite et celui de l’Extrême-gauche. Il faut aussi comprendre que tous les jeux hyper violents mis à la disposition des enfants qui, lorsqu’ils deviennent adultes, ont cette culture dramatique. On ne peut qu’être révolté par ce type d’action hyper violente.

Je suis révolté en entendant Pierre Bergé, comme d’autres d’ailleurs, vouloir trouver la source de cette violence dans les manifestions pacifistes des femmes, des hommes et des enfants qui ont défilé dans Paris contre le mariage pour tous.

Cet amalgame est odieux et montre bien l’absurdité d’un certain nombre d’homme et de femmes de gauche pourtant dite modérée. Il n’y a rien à voir entre ces familles et ces voyous néo-fascistes qui viennent perturber la fin de ces manifestations. On pourrait faire le parallèle avec les perturbateurs des manifestions de gauche, toutes aussi violents, qui cassent, brisent et se heurtent également aux CRS ou aux forces de police.

Soyons objectifs et n’humilions pas la mémoire de ce pauvre garçon en pratiquant des amalgames honteux.

Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris

[ La mort d'un militant d'Extrême-gauche - Professeur Bernard Debré, le 06 juin 213 à 11h19 ]
Bien joué : en voulant dénoncer des amalgames (mais en fait en voulant simplement régler ses comptes avec la Gauche et notamment Pierre Bergé) et en stigmatisant encore et toujours les mêmes (les jeunes, les joueurs, la gauche etc.) Bernard Debré n'aura réussi qu'à faire encore plus d'amalgames. Puis-je lui conseiller de commencer tout de suite à appliquer ses conseils, et à lui même en tout premier lieu ? Il y a je crois, urgence...

Donc résumons la pensée de Bernard Debré :
 - extrême droite, extrême gauche, même combat. On met tout le monde dans le même sac à amalgames, sans problème ;
 - jeux vidéo, violence, même chose ;
 - les personnes qui ont manifesté contre le mariage pour tous, donc contre une ouverture à des droits nouveaux sont les gentils ;
 - le peuple de gauche (ceux qui pour le mariage pour tous), représenté par Pierre Bergé, n'est constitué que de méchants, incapables de faire la différence entre les bandes de fafs et les nazillons et les familles du bon peuple de droite.

C'est juste... simpliste non ? pour ne pas dire... légèrement moisie comme argumentation ? La stigmatisation des populations, c'est certainement notre plus grande chance de sortir de tout cela...

Quelle médiocrité dans cette prise de position.

Et au même moment, on tombe sur cet article de Numerama : les jeux vidéo feraient de bons citoyens.

Attaque de geeks

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Pourquoi les geeks attaquent

Préambule
Suite à la mésaventure arrivée à une société de conception de site web qui a récolté un Effet Streisand après avoir menacé d'une action en justice le site suite à un commentaire qu'elle a jugé diffamant, j'ai trouvé l'analogie entre son expérience et celle d'une personne donnant un coup de pied dans un nid d'abeilles après s'être fait piquée assez amusante (du point de vue de l'observateur, cela va de soit). Des philosophes grecs en passant par La Fontaine et les maîtres Zen, l'observation attentive de la nature s'est souvent montrée riche d'enseignement pour le philosophe en quête de sagesse. J'invite donc mes lecteurs éventuellement tentés par ce type de réaction à méditer sur cette transposition d'un texte publié par Yahoo! expliquant simplement : Pourquoi les abeilles attaquent ?

Le commentaire à l'origine de cette page.
Pourquoi les geeks attaquent ?
Comment éviter une rencontre potentiellement fatale avec un essaim de geeks.

Les geeks sont parmi les créatures les plus travailleuses de l'Internet. Ils travaillent sans arrêt pour leur réputation et leur soif de connaissance de manière à garder leur communauté active. Ils ne s'arrêtent jamais de coder, produisant, administrant et enrichissant de nouveaux services. Alors que la plupart des observations de geeks se passent bien, une mauvaise rencontre avec un groupe énervé de geeks interrompus ou maltraités peut être fatale à sa réputation.

Les geeks se connectent généralement à un portail communautaire. Ils buzzent autour en collectant de l'information de sites proches de leurs intérêts qu'ils ramènent à leur communauté. Mais alors, qu'est ce qui peut amener un essaim de geeks à attaquer ?

Il est important de se rappeler que les geeks ne sont pas là pour attaquer qui que ce soit. Ils sont généralement en train de butiner à droite, à gauche pour collecter de l'information. Cela ne les dérange pas d'être à proximité d'autres créatures de l'Internet du moment qu'elles ne les importunent pas.

Pour éviter une attaque de geeks, on ne devrait jamais blesser ou menacer un geek. La raison pour laquelle un groupe peut riposter est lié au message qu'un geek maltraité postera. Ce message est un signal de détresse émis à destination des autres geeks qui va attirer tout le reste de la communauté et les pousser à se défendre.

Pour cette raison, les corporations qui exploitent les geeks doivent prendre beaucoup de précautions quand elles veulent récolter le fruit du travail des communautés. Si elles blessent accidentellement un geek, elles risquent d'être attaquées par toute la communauté. Aucune protection ne pourra les sauver d'une attaque d'un essaim de milliers de geeks furieux et déterminés à se défendre.

C'est pour cela que les corporations qui exploitent les geeks les enfument. Cela neutralise les émissions de messages éventuellement émis par un geek en détresse et réduit les chances d'attaque de tout le groupe. L'enfumage peut aussi pousser les geeks à se méfier, et les amener à travailler encore plus dans le but de se libérer de l'emprise de ces corporations en préparant leur migration vers un endroit moins enfumé.

La raison la plus fréquente qui se trouve à l'origine d'une attaque de geeks est la menace de leur portail communautaire. En aucun cas, une corporation qui n'a pas une solide expérience dans l'exploitation des geeks ne devrait s'approcher d'un portail communautaire. La communauté au complet peut attaquer à tout moment si elle se sent menacée. Les geeks sont très sensibles à la réputation de leur communauté et tant que celle-ci est présente, ils attaqueront tout ce qui sera susceptible de la menacer.

La règle d'or et le meilleur conseil que l'on peut donner pour éviter une attaque par un essaim de geeks est de ne jamais faire en sorte qu'un geek se sente menacé. Les geeks attaquent car ils sont loyaux entre eux et ils ont un but commun : que leur réputation qui fait la force de leur communauté reste intacte.

Si vous vous trouvez proche d'un geek, passez votre chemin tranquillement sans le déranger. Si vous vous trouvez dans une zone fortement peuplée de geeks, il vaut mieux vous en éloigner. Si jamais une communauté de geeks se forme dans votre corporation, demandez à un gestionnaire de communauté professionnel et compétent de gérer la situation sans les menacer ni les blesser. Les geeks sont un maillon très important de l'écosystème de l'Internet. Ils aident le réseau à se développer et contribuent à son équilibre naturel.

    « Si le geek disparaissait de la surface de l'Internet, l’internaute n’aurait plus que quatre années à vivre » Albert Geekstein.

[Pourquoi les geeks attaquent, publié le 2 juin 2013, sous licence CC by-sa]
Publié sur Linuxfr.org suite à l'affaire Linkeo - Linuxfr.org. Pour plus d'information, voir l'article de Ploum (Mises en demeure, un racket légal), ou le Geektionnerd (Geektionnerd) ou encore pcinpact (Mise en demeure de LinuxFr : un responsable de Linkeo s’explique).

Résumé pour Linkeo :
 - embaucher des sysadmins (merci reflets.info)
 - embaucher des commerciaux, qui vont avoir du taf vu les dégâts de la dernière campagne de pub ;
 - embaucher des développeurs web ;
 - changer de cabinet d'avocats.

Moralité de l'histoire : une bonne réputation ne se gagne pas avec des avocats, mais à la sueur...

Torchon

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Un parti libéral-libertaire à l'assaut des jeunes

Appelé le Parti Pirate, ce micro-mouvement aux idées libérales-libertaires grappille des voix dans la génération numérique. Leur priorité : pouvoir regarder gratuitement sur Internet tout ce qu'ils veulent.
Plonger dans l'univers des Pirates, c'est un peu comme parler politique avec votre grand filleul que vous n'avez pas vu depuis sa communion solennelle: d'abord vous n'y comprenez rien, puis quand vous comprenez, vous prenez peur.

D'abord parce que ce tout petit parti, qui grappille des voix dans les élections depuis un an, a mis en tête de son programme des sujets dont vous ne soupçonniez pas l'importance jusqu'ici mais qui, de toute évidence, sont l'absolue priorité de toute une génération: en premier lieu, pouvoir écouter et regarder librement (entendez: gratuitement) sur internet tout ce qui leur chante. «Ce que nous souhaitons, c'est légaliser le partage de fichiers entre citoyens tant qu'il est organisé de manière non lucrative», précise Maxime Rouquet, un sympathique ingénieur en informatique de 27 ans, ancien coprésident du mouvement et aujourd'hui, l'un de ses animateurs pour l'Ile-de-France.

    « Ce que nous souhaitons, c'est légaliser le partage de fichiers entre citoyens tant qu'il est organisé de manière non lucrative »
    Maxime Rouquet, coprésident du mouvement

Attention: les Pirates - un nom choisi par provocation en 2005 par le créateur du mouvement, un Suédois, pour montrer à quel point il était, selon lui, ridicule de les traiter comme des criminels - ne sont pas contre les artistes. «On ne vole pas, on copie, on partage», précise Maxime. Ils seraient même leurs meilleurs alliés... Car les Pirates combattent «un oligopole, ce système dans lequel quelques acteurs contrôlent tout le circuit de distribution de la culture» et se servent grassement au passage, au détriment des artistes. «Notre combat s'apparente à celui des radios libres au début des années 80», ajoute le jeune homme.

Sauf que les Pirates ne s'arrêtent pas à la mort - désormais programmée - d'Hadopi. Ils appliquent leur logique libérale-libertaire à toute la société. Ils sont, par exemple, contre les brevets. «Nous pensons que les brevets n'ont plus de raison d'être ; ils étouffent constamment l'innovation et la divulgation de nouveaux savoirs», lit-on dans leur programme. Cela vaut même pour les brevets sur les médicaments qui «constituent une appropriation du vivant» au profit des malades des pays riches. Logiquement, le Parti Pirate est également opposé à toute forme de censure sur internet, comme le blocage administratif de sites diffusant des contenus pédopornographiques. «Notre position est: pas de fermeture de site sans décision de justice», explique Maxime, pour qui il s'agit simplement de «transposer les droits de l'homme au numérique».
«Il est interdit d'interdire», version digitale

Mais le raisonnement des Pirates va plus loin: «La censure n'est pas la réponse», glisse le jeune homme, conscient qu'il avance en terrain miné: «Entendons-nous bien: nous sommes contre la pédopornographie mais nous pensons que plus on met d'interdits sur le net, plus les réseaux sont souterrains, sophistiqués et donc difficiles à démanteler.» Le même raisonnement s'applique naturellement aux sites néonazis, djihadistes, et autres guides en ligne pour apprentis terroristes. Bref, c'est un peu le vieux mot d'ordre soixante-huitard «il est interdit d'interdire» revu et corrigé à la sauce digitale.

Le programme du Parti Pirate est ainsi: une longue liste de «droits fondamentaux» et de revendications que les plus de 20 ans et quelques ne peuvent pas comprendre. Leur priorité? «Le droit à l'anonymat et au pseudonymat.» On trouve également de mystérieuses doléances comme «empêcher la limitation de l'interopérabilité»... Mais les Pirates militent aussi pour «rétablir l'indépendance de la justice», avec la suppression du garde des Sceaux et le «passage obligatoire devant un juge pour le placement en garde à vue». En revanche, on cherchera en vain un mot sur l'économie, le social ou le logement.

Ni de droite, ni de gauche, proche de la mouvance écologiste

En France, le Parti Pirate reste archiconfidentiel. Aux législatives de 2012, il a présenté une centaine de candidats qui ont récolté un peu plus de 30.000 voix. Mais lors de la législative partielle du Val-de-Marne en décembre dernier, son candidat a frôlé les 3 %, trois fois son score de juin 2012. Car ce drôle de mouvement, officiellement ni de droite ni de gauche, mais en réalité proche de la mouvance écologiste, pourrait bien capitaliser sur la défiance croissante des jeunes à l'égard des partis traditionnels. Bien implanté en Europe du Nord (il a des élus au Parlement suédois), il compte deux députés au Parlement européen qui, l'an dernier, ont tout fait pour saborder un traité européen anticontrefaçon.

[ Sophie Roquelle - Le 24/05/2013 à 15:49 - lefigaro.fr ]
Sophie Roquelle est une journaliste (c'est écrit sur le site du Figaro) au journal Le Figaro. Pas legorafi, non, mais Le Figaro. Que les sujets soient orientés, on peut comprendre. Mais tant de bêtises, honnêtement... Il faut être parfois sérieux quand même. Ou bien tenté de travailler un peu (ou faire mine). Ou bien se taire Mme Roquelle.

Je ne résiste pas à publier les sujets que Sophie Roquelle a traité par le passé :
  • Un parti libéral-libertaire à l'assaut des jeunes
  • Grandes villes : les maires soignent leur image
  • Les folies de nos élus locaux
  • Départements : toujours plus de dépenses sociales
  • Régions : des élus très communicants
  • Contribuables, le saviez-vous ?
  • Ile-de-France : luxe, voyages et notes de frais
  • Les gagnants et les perdants du projet de budget pour 2013
  • Les 35 heures coûtent au moins 22 milliards par an
  • Les hausses d’impôts arrivent dès maintenant
  • La gauche vote 7,2 milliards d’impôts en plus
  • Francis Perrin, un père en lutte contre l’autisme
  • Impôts : ce qui nous attend !
  • Impôts : ce que cinq foyers types vont payer
  • La brigade qui traque les super-fraudeurs
  • Mathieu Laine : «Non à l'impôt punition !»
  • 20 pistes pour baisser la dépense publique
  • Ces agences méconnues qui notent la France
  • Retraites : par ici la caisse !
  • Les folles dépenses de nos élus

Rions un peu ou le ridicule ne tue pas (pas assez)

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Rions un peu dans ce monde de brutes. A propos du documentaire "Une contre histoire de l'Internet", on s'amusera de la critique de telecablesat.fr :
Un embrouillaminis de jargon geek et de propos railleurs visant à défendre un Internet débridé sans la moindre régulation.

[telecablesat.fr, critique du 14/05/2013 du documentaire "Une contre histoire de l'Internet" - Lien]

Juste énorme.

Et pour ceux qui voudraient voir de quoi il retourne :
magnet:?xt=urn:btih:9aee1cbd18e735a3915da6011d0cfe7a4c700f59&dn=%5B+ARTE+%5D+Une+contre-histoire+de+l%27Internet+-+x264+720p+A3C&tr=udp%3A%2F%2Ftracker.openbittorrent.com%3A80&tr=udp%3A%2F%2Ftracker.publicbt.com%3A80&tr=udp%3A%2F%2Ftracker.istole.it%3A6969&tr=udp%3A%2F%2Ftracker.ccc.de%3A80&tr=udp%3A%2F%2Fopen.demonii.com%3A1337

(via http://thepiratebay.tn/torrent/8466371/%5B_ARTE_%5D_Une_contre-histoire_de_l_Internet_-_x264_720p_A3C)

Profitons que Internet soit débridé alors !

Idiocratie du jour, deuxième - Serge Dassault

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Deuxième idiocratie du jour, Champagne ! Cette fois pour Serge Dassault qui n'a pas pu s'empêcher de nous expliquer son point de vue sur le mariage pour tous :
Y’a plus de renouvellement de la population, à quoi ça rime ? On veut un pays d’homos ? Dans dix ans, y’a plus personne, c’est stupide.

[Serge Dassault, le mardi 06 novembre 2012, France Culture (sic)]
Et le pire, c'est qu'il ne s'arrête pas là (un vrai char d'assaut lancé à toute vitesse) :
Regardez dans l’Histoire, la Grèce, c’est une des raisons de sa décadence. C’est l’arrêt de la famille, c’est l’arrêt du développement des enfants, c’est l’arrêt de l’éducation, c’est un danger énorme pour l’ensemble de la nation, énorme.

[Serge Dassault, le mardi 06 novembre 2012, France Culture (sic)]
On tient donc notre Donald Trump français. Mais qu'attendre de quelqu'un dont l'unique but dans la vie est de vendre des armes de merde ? Quelqu'un a pensé une fois que ce monsieur était un intellectuel ? C'est juste un énième personnage malsain, comme nous les adorons (la preuve sa carrière politique...).
Fil Rss des articles de cette catégorie