Nostalgie lycéenne

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Quelle chance vous avez lycéens d'aujourd'hui de pouvoir emmerder tous ces fachos de la manif pour tous, ces crétins de la droite et de l'extrême droite juste en laissant vos shorts à la maison et en mettant une jupe (ou autre, faites comme voulez).

Que j'aurais aimé les provoquer, me moquer d'eux sous leur nez et leur barbe, engoncés dans leurs attitudes réactionnaires et passéistes. Avec 17 ans de moins, j'aurais sans doute piqué une paire de collants à ma mère et fait un saut chez Emmaüs pour acheter une jupe. J'aurais été fier de parader devant ce public de fachos, de les choquer et de leur crier : Non, vous ne direz ni aux hommes, ni aux femmes, ni à qui que ce soit ce qu'il doit faire. Notre libre arbitre vous emmerde. Vous n'avez aucun droit sur moi, sur mes choix vestimentaires, sur mes droits, sur mes libertés, sur ma sexualité, sur ma culture. Je vous conchie !. Vous n'êtes pas contents ? Dites-le. Et ça ne fera qu'accroître mon envie de vous défier encore et encore.

Allez-y, faites vous plaisir ! Ressortez Porcherie, la fameuse chanson des Béruriers Noirs, et hurlez à plein poumon votre haine de l'intolérance, des fachos etc.

Pujadisme du jour

Rédigé par jdrien - - 2 commentaires
Le service public n'a manifestement rien à refuser à la présidente du FN. Selon mes informations, David Pujadas a renoncé à lui opposer Martin Schulz, le président du Parlement européen et tête de liste des socialistes européens pour les élections du 25 mai prochain, celle-ci ayant menacé de boycotter « Des paroles et des actes » programmé jeudi soir dont elle est l'invité vedette. Une belle preuve d'indépendance journalistique : est-ce aux invités de choisir leurs contradicteurs ? N'aurait-il pas été davantage conforme à la déontologie journalistique que David Pujadas renonce à inviter Le Pen ?

La présidente du FN a notamment fait valoir qu'il s'agissait d'une « campagne française », ce qui est un comble pour une élection européenne… En réalité, elle craignait d'avoir face à elle un contradicteur pugnace qui sait parfaitement ce qu'elle ne fait pas au Parlement européen.

[ Jean Quatremer, Marine Le Pen dicte ses conditions à France 2 le 09 avril 2014 ]
À mettre en parallèle avec le journal de M. Pujadas de la veille, le 08 avril 2014, pendant lequel des intermittents du spectacle se sont introduits sur le plateau. M. Pujadas a alors rendu l'antenne en indiquant ne pas pouvoir faire ce journal sous la pression (sic).

Quand le service public laisse l'extrémisme et le populisme dicter ses lois, on se dit qu'on a pas fini d'entendre les chemises brunes se gausser autour de nous. Sombre pays.

Moulinsart SA, fossoyeur de Tintin

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
tintin censure le petit XXle
Patrimoine commun

Aux Etats-Unis, Marvel et DC, s’ils savent aussi être pénibles, ont tout de même laissé leurs personnages de superhéros vivre leur vie. Superman, Batman ou Spiderman ne sont ainsi plus seulement des personnages de comics, ce sont aussi des héros de cinéma et d’Internet. Ce sont des mèmes, utilisés à satiété pour commenter l’actualité ou simplement pour faire des blagues. Cela rend ces héros créés au lendemain de la Grande Dépression pour le premier, juste avant la Seconde Guerre mondiale pour le second, et dans les années 60 pour le troisième, encore bien vivants. Ils ont réussi le pari d’être une partie intégrante du patrimoine culturel américain tout en restant en phase avec la société. Pour Marvel, ce détournement des œuvres est loin d’être un problème et a même permis à l’entreprise de devenir un studio hollywoodien surpuissant.

Tintin, pour le monde francophone, pourrait être la même chose. Un étendard et un bien culturel commun. Un signe de fierté à promouvoir pour montrer la capacité de notre culture à éclairer et interpréter les enjeux du monde actuel. Au contraire, les éditions Moulinsart ont choisi de mettre le petit personnage sous cloche, dans un musée d’où il n’a pas le droit de sortir. Il prend doucement la poussière. Face à la concurrence des héros de comics et de mangas, accessibles partout et tout le temps, Tintin est invisible. Les jeunes, petit à petit, ne se tourneront plus vers lui. Ils vont l’oublier. Au-delà d’une simple ligne de bénéfices en bas du bilan comptable des éditions Moulinsart, de toute évidence, Tintin se meurt.

[ Quentin GIRARD, Tintin prisonnier de Moulinsart, liberation.fr le 26 mars 2014 ]


Le problème de l'appartenance de la création au créateur est connu (cf par exemple la mort de Sherlock Holmes par Sir Arthur Conan Doyle.). À partir de quel moment la création n'appartient plus au créateur ? Quand fait-elle partie de notre culture commune, de notre patrimoine ? Ce qui se joue derrière cette question est notamment la problèmatique du droit d'auteur...

Mais ce qui se passe ici c'est la question des ayants droits. Quels sont les droits des personnes qui n'ont rien à voir avec le processus créatif (cas de la société Moulinsart SA dirigé par Nick Rodwell, époux de la veuve d'Hergé). Ces personnes se comportent comme des parasites, de vulgaires gstionnaires qui confisquent un patrimoine culturel commun. Dommage, de moins en moins de personnes liront Tintin. De moins en moins de jeunes découvriront Tintin. Tintin sera mort, et avec lui tout un pan de notre patrimoine.

Mixité restrictive, indignation relative

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Grosse émotion (tout est relatif) relayée par Slate.fr :
A 12 ans, Maddy Paige fait partie depuis un an de l'équipe de football américain de son école privée de l’État de Géorgie. Enfin, faisait partie, puisque l'école de Strong Rock Christian a décidé qu'elle ne pourrait plus jouer à la rentrée scolaire.

Sa mère, Cassy Blythe, expliquait fin juin à l'Atlanta-Journal Constitution être sous le choc, puisqu'elle n'avait reçu jusque-là que des encouragements des coachs pour sa fille. Les explications de l'école pour cette décision sont confuses. Officiellement, l'école s'est contentée d'écrire dans un communiqué à une chaîne locale que leur «politique officielle est que les collégiennes [notre équivalent de la middle school américaine, NDLR] jouent à des sports de filles, et que les collégiens jouent à des sports de garçons». Une explication qui semble étrange, vu que Maddy jouait au foot en 6th grade, première année de la middle school.

Mais d'après Cassy Blythe, le directeur de l'école lui en a dit davantage sur les raisons d'une telle logique:
        «Il s'inquiétait
            que les garçons puissent avoir des pensées impures
            que les discussions de vestiaire seraient trop dures pour elle
            que les garçons et les filles ne devraient être en compétition dans aucun sport
            qu'il y a d'autres sports auxquels elle peut jouer
            qu'en tant qu'école privée, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient
            qu'il avait prié sur le sujet et que c'était la bonne chose à faire.
        Il a aussi cité la Bible en disant que les hommes et les femmes sont créés comme des égaux mais différents, et qu'ils ne devraient donc pas être autorisés à faire les mêmes sports.»

Une explication jugée «ridicule» par Cassy Blythe, entre autres parce que Maddy avait de toute façon son propre vestiaire, et parce que «ce n'est pas la faute de Maddy si les garçons ne peuvent pas contrôler leurs pensées ou leurs envies. Ils doivent apprendre à contrôler ce qui se passe chez eux, tout comme Maddy».

Elle estime que «si une fille remplit les mêmes conditions que les garçons, elle devrait avoir le droit de jouer». La famille a lancé une page Facebook intitulée «Let her play», «laissez-la jouer», qui en est à plus de 40.000 likes.

    [ Cécile Dehesdin  - Maddy, 12 ans, exclue de son équipe de foot pour éviter les «pensées impures» aux garçons, publié sur slate.fr le 02 juillet 2013 ]
L'indignation est normale : pourquoi empêcher une jeune fille de jouer aux mêmes sports que les garçons de son âge ? Pourquoi les garçons et les filles ne pourraient-ils pas jouer ensemble aux mêmes jeux ? La question est légitime, surtout avec les arguments pourris sortis par le personnel de l'école privée. Enfin, j'ai surtout l'impression que l'on aime beaucoup en France s'indigner de ce qui se passe aux États-Unis, surtout quand il y a un relent de pudibonderie et d'une certaine idée de la place de la religion dans la société.

Donc ni une, ni deux, je me suis demandé ce qu'il en était avec le sport national français, le football.
Article - 155 Mixité
1. Les joueuses U6 F à U15 F peuvent évoluer dans les compétitions masculines :
- de leur catégorie d’âge,
- de catégorie d'âge immédiatement inférieure à la leur mais uniquement dans les compétitions de Ligue et de District.
2. Par ailleurs les équipes féminines U15F peuvent participer à des épreuves régionales ou départementales masculines U13 dans les conditions de l’article 136.3 des présents règlements.

[ Fédération Française de Football, Règlements Généraux de la FFF ]

Donc, même chose en France finalement : à partir d'un certain âge les filles seront empêchées de jouer dans une équipe mixte, avec ou contre des garçons. Il faudra bien séparer tout cela. La mixité n'appartient qu'au monde innocent de l'enfance... J'aime beaucoup la notion de mixité dans les règlements de la FFF : il s'agit en fait d'autoriser les filles à jouer avec les garçons (ou contre, peu importe). Il ne s'agit de faire jouer les filles et les garçons, non : on accorde un peu de place aux filles dans un monde de garçon. C'est une vision très minimaliste de la mixité : l'incursion des filles chez les garçons, et non pas le mélange. Encore une fois, cet article dans les règlements généraux n'est pas là pour ouvrir la mixité mais pour la réduire. Une fille qui apprécie le football devra, à l'adolescence soit se trouver une équipe féminine accueillante, soit trouver un dérivatif (par exemple l'arbitrage... pour les amateurs j'imagine).

On pourra toujours arguer qu'il s'agit d'un problème de force physique etc. Bien sûr, tout ça c'est pour les protéger. Comme si les filles avaient besoin de protection par rapport aux garçons (je pense juste que les filles, et les garçons ont simplement besoin d'éducation au vivre ensemble). En aucun cas il ne s'agit d'exclure les filles, d'éviter de pseudo-problèmes dans les vestiaires etc.

Conclusion : les filles ont autant le droit que les garçons de devenir des bourrins amateurs de foot. Et ce sera très bien comme ça !

Lâcheté et coup de poignard dans le dos

Rédigé par jdrien - - 1 commentaire
Les Femen, un féminisme de type néocolonial

Groupe féministe basé en Ukraine, une république ex-soviétique, les Femen se sont fait connaître depuis quelques années par des actions provocatrices de grande ampleur et une stratégie systématique de confrontation.

L'une de leurs pratiques emblématiques consiste à manifester seins nus afin d'affirmer que leur corps n'est pas un instrument au service d'une société patriarcale, mais qu'il leur appartient. Le corps des femmes étant instrumentalisé en permanence par les hommes et les médias, leurs manifestations sont une façon de se réapproprier le corps féminin comme symbole de résistance contre la société patriarcale. Se dénuder est donc un moyen par lequel les femmes peuvent "récupérer leur corps" dans le combat d'ensemble contre un système patriarcal.

Certains milieux féministes approuvent cette logique, mais je n'entends pas discuter ici des tactiques féministes. Je veux montrer que la volonté des Femen d'universaliser leur type de féminisme confère un caractère néocolonial à leur militantisme et à leur organisation. La question de l'universalisation du féminisme n'est pas nouvelle. La première vague féministe en Europe et aux Etats-Unis a été confrontée au même problème : les femmes fondaient leur féminisme sur leur propre expérience et entendaient le faire adopter par les femmes du monde entier, lesquelles vivaient pourtant des expériences totalement différentes.

Elles ignoraient également le fait que leur propre existence affectait celle des femmes vivant dans d'autres pays et sur d'autres continents. Beaucoup de féministes de la première heure, par exemple, étaient incapables de voir comment l'impérialisme et le colonialisme de leurs gouvernements ruinaient la vie des femmes vivant dans d'autres parties du monde. En fait, de nombreuses féministes occidentales prirent une part active au processus colonial en voulant "civiliser" et "moderniser" les femmes des pays arabes et africains. Pour elles, le féminisme signifiait que ces femmes arabes et africaines devaient devenir comme elles.

LE CONCEPT D'INTERSECTIONNALITÉ

Ce type de féminisme a suscité en contrecoup une réaction, principalement de la part de féministes postcoloniales issues des pays en voie de décolonisation, de féministes afro-américaines et latino-américaines aux Etats-Unis, et de certaines féministes européennes et américaines de la deuxième vague. Ces femmes affirmèrent que le féminisme était une affaire complexe qui devait représenter les vies et les points de vue divers des femmes du monde entier.

Elles introduisirent également le concept d'intersectionnalité : l'idée selon laquelle les femmes ne se définissent pas seulement par le genre, mais aussi par des identités telles que la race, la nationalité, la sexualité, etc. Ce qui signifiait que le féminisme devait prendre en compte la multiplicité des identités et la façon dont elles interagissent.

Quoique apparues après ce mouvement de réaction, les Femen semblent renouer avec les tendances de la première vague du féminisme. Une grande partie de leurs interventions ont pour objectif les femmes musulmanes qu'elles entendent "libérer" et "sauver" des hommes musulmans, de la culture musulmane et de l'islam en général. Lors d'une de leurs manifestations au pied de la tour Eiffel, elles sont apparues en burqa, puis se sont déshabillées afin d'attirer l'attention sur le fait que la burqa est un symbole d'oppression.

Une autre fois, elles ont décidé de traverser seins nus un quartier urbain français majoritairement musulman afin de convaincre les femmes musulmanes de renoncer à leur voile. Il est évident qu'aux yeux des Femen, la libération a une signification très précise : elle consiste à se libérer de la religion, de la culture et des codes vestimentaires oppressifs. Selon ce point de vue, plus vous êtes habillée, plus vous êtes opprimée. Ce n'est que dans ce contexte que le fait de se dénuder peut être considéré comme un processus émancipateur. Or ce genre de logique lie la libération des femmes à leur corps et à la façon dont elles s'habillent, ce qui est extrêmement problématique. Qui décide que tel ou tel vêtement féminin est oppressif ou non ?

Tout aussi problématique est l'idée selon laquelle toutes les femmes qui portent le voile ou la burqa sont opprimées et doivent être libérées. Ces convictions trahissent une certaine conception eurocentriste du monde qui ne peut être généralisée au niveau universel.

Mon point de vue en tant que féministe est que les femmes doivent avoir le choix. Ce choix dépend essentiellement de l'environnement socioculturel, économique et politique dans lequel elles vivent, et ne peut en aucun cas être dicté de l'extérieur. Les récentes interventions des Femen en Tunisie montrent à quel point elles sont déconnectées de la réalité des contextes proche-oriental et nord-africain. Au lieu de favoriser la prise de conscience des problèmes de genre, elles suscitent l'hostilité d'une société qui ne les voit que comme des étrangères cherchant à imposer leur conception des femmes, dans le droit-fil du processus colonial d'autrefois.

Le Proche-Orient et l'Afrique du Nord ont vu naître un large éventail de mouvements, de projets et d'actions féministes ou consacrés aux questions de genre. Si l'objectif des Femen est d'agir en solidarité avec les femmes du monde entier, alors elles devraient commencer par prendre contact avec ces groupes autochtones et leur demander de quelle façon elles peuvent apporter leur aide. Les politiques de solidarité dans un monde postcolonial marqué par le déséquilibre des pouvoirs sont des processus difficiles, mais elles ne conduiront nulle part si des groupes comme les Femen continuent à vouloir imposer leur point de vue et à affirmer que "leur" féminisme est le "bon" féminisme.

Les femmes noires se battent depuis longtemps pour faire admettre que le féminisme ne peut les aider que s'il se diversifie et ne s'inspire pas uniquement de l'expérience des femmes blanches euro-américaines hétérosexuelles de la classe moyenne. Il est regrettable que la couverture médiatique dont bénéficient les Femen contrecarre les avancées réalisées en ce domaine.

En outre, le climat mondial actuel dans lequel les musulmans sont déjà considérés comme posant problème aggrave considérablement la situation. Toutefois, les critiques qui ont été formulées contre les Femen constituent un signe positif, d'autant qu'elles ont été formulées aussi bien par des féministes euro-américaines que par des féministes des pays du Sud.

Le point central de beaucoup de ces critiques est que les féministes doivent veiller à ne pas tracer de nouvelles lignes d'exclusion. Elles doivent aussi accepter le fait que le féminisme ne l'emportera que s'il accueille une pluralité de voix.

Traduit de l'anglais par Gilles Berton

[ Sara Salem (Doctorante à l'Institut des sciences sociales des Pays-Bas), publié le 11 juin 2013 sur lemonde.fr ]

Sara Salem va vite en besogne et a la mémoire très sélective. Le vocabulaire utilisé est ahurisant : réussir à parler de race tout en indiquant que les Femens ne sont que des avatars du colonialisme, c'est une assez belle performance.

Je suis vraiment désolé pour Sara Salem : oui les droits humains sont universels. Ces droits ne sont pas solubles dans les dictatures, ne sont pas différents selon les pays, les croyances, le sexe ou que sais-je. Et pourquoi pas la couleur des yeux, la taille des pieds ou les allergies aux fraises. C'est juste incroyable.

Sara Salem se trompe sur toute la ligne. Complètement. Non les Femen ne ciblent pas que les musulmans (mensonge par omission, c'est pas bien Sara). Nous les avons vu se faire agresser par les fachos lors des immondes manifestations pour tous, nous les avons vu à Notre Dame parodiant le suicide d'un autre facho etc. Ce qui prouve l'universalité de leur combat, non ? Elles tapent là où ça fait mal.

Je trouve ahurissantes les réactions que les Femen provoquent, juste en montrant leur poitrine.

Ces femmes se battent pour le droit, pour la liberté, contre l'aliénation, contre l'arbitraire. Elles se mettent en danger, on les met en prison, on les bat, on leur demande de se taire. Pourquoi ? Pour deux seins montrés ?

Incroyable. Ces personnes qui se battent pour leurs idéaux doivent être défendues et non pas être poignardée dans le dos. Surtout le jour où on apprend la condamnation de trois militantes des Femen en Tunisie . Nous avons toujours, toujours, besoin des militants. Les idées doivent être défendues. Les droits doivent revendiqués. Les droits de l'Homme, les droits des femmes, la liberté et notamment la liberté d'expression n'ont pas besoin de coups bas comme ceux-là.

Sara Salem, je n'ai qu'une chose à vous dire. Votre lâcheté est au moins aussi importante que le courage de ces femmes. Et c'est peu de le dire.

Allaitement citoyen

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
La première fois que je l'ai fait, j'avais 25 ans et c'était avec une fille. Ce fut un moment de plaisir mêlé d'angoisse, comme l'aboutissement d'un moment de ma vie et le début d'un autre, inconnu et plein de promesses. J'avais peur de na pas savoir m'y prendre, d'avoir mal. Mais ce fut à la fois charnel, sensuel et fusionnel, tout en étant pragmatique et vital.

C'était le début d'une grande aventure, car ensuite je l'ai fait partout et tout le temps ! Je l'ai fait couchée, assise, debout. Je l'ai fait le jour et la nuit. Bien sûr, je l'ai fait au lit, mais aussi sur le canapé, sur une chaise...

Le plus souvent, je l'ai fait chez moi, mais parfois je l'ai aussi fait chez ma mère, chez ma sœur, chez mon frère et même chez des amis. Il m'est arrivé de le faire dans le cabinet de mon dentiste ou au restaurant. Je dois l'avouer, je l'ai aussi fait dans la rue ou dans la voiture, le train et même dans l'avion. Je l'ai fait en vacances à Rome et à Paris, sur une plage de Normandie et dans les champs de l'Aveyron.

Pourquoi louper la moitié de la fête ?

Oui, j'ai allaité ma fille dans tous ces endroits. Car quand elle a faim, ma réponse est de lui donner le sein. Certaines de mes amies dégainent bien leur biberon. Alors, moi, je dégrafe mon corsage pour donner la gougoutte à ma fille. Mais à l'inverse de la chanson de Brassens, tous les gars du village ne sont pas là !

Parce qu'allaiter en public n'est ni sexuel ni obscène, et vraiment pas exhibitionniste. Parce qu'allaiter en public n'est pas un « attentat à la pudeur » – terme juridique qui n'existe plus depuis 1994.

Parce que mon sein vaut autant que celui de Madonna ou de Lady Gaga, et n'allez pas me dire qu'on en voit moins chez elles que chez moi ! Parce qu'allaiter est sain et naturel, il faut pouvoir le faire partout et tout le temps.

Non, on ne peut pas demander aux mères de se cacher – pourquoi devraient-elles transmettre à leur enfant que manger est quelque chose de tabou ? Ni de cacher leur enfant sous un châle – avez-vous déjà vu une vache ou une chatte se cacher sous un drap pour allaiter ? Ni de s'isoler dans un coin – pourquoi devrions-nous louper la moitié de la conversation ou de la fête ?

Je ne cacherai pas ce sein...

Je me souviens de mon amie Laëtitia, dont le beau-frère ne voulait pas qu'elle allaite en sa présence. Je me souviens de mon amie Justine, qui n'a pas voulu allaiter parce que c'est compliqué, surtout à l'extérieur.

Je me souviens de cette maman qui a été expulsée d'un magasin. Je me souviens de cette maman qui, après avoir essuyé des remarques désagréables, a peu à peu arrêté d'allaiter son enfant.

Alors oui, il faut défendre l'allaitement comme un choix et un droit pour chaque enfant et chaque mère face à la pression sociale du qu'en-dira-t-on, du glamour, des préjugés ou encore de la pudeur mal placée ! Ce n'est pas aux enfants de changer leur comportement sain, naturel et millénaire, c'est à la société de changer son regard, et non, je ne cacherai pas ce sein que vous ne sauriez voir.

Et plus vous en verrez, plus vous trouverez cela normal ; alors...

Aux armes citoyennes !

Sortez vos beaux nichons !

Allaitons, allaitons,

Qu'un lait bien bon,

Abreuve not' belle nation !


[ Aux armes citoyennes, sortez vos beaux nichons, et allaitons !, tribune de Gabrielle Girot publiée le 11 juin 2013 sur rue89.com ]
Cette tribune fait suite aux éléments relatés sur le site http://editionsduhetre.fr. En effet, le vendredi 03 juin 2013 une cliente d'un magasin Celio de Montpellier qui allaitait sa fille s'est vue intimer l'ordre de se cacher dans une cabine ou de sortir de la boutique :
Mais quelques secondes plus tard survient une personne qui, sans dire bonjour, affirme être la directrice du magasin et déclare : "Madame, ou vous allaitez dans une cabine, ou vous sortez !" Interloquée, la mère demande : "Mais pourquoi ?" Réponse de la directrice : "Parce que cela dérange la clientèle, une dame s'est plainte de ce que son mari regardait vos seins."
Sic.

Ma femme a allaité nos trois enfants (assez longtemps de plus : 11 mois pour l'un, 6 mois pour le second. Toujours en cours pour le troisième).
Quand ma femme donne à boire à notre fils, il ne s'agit que d'un acte tendre, d'amour maternel. Elle a pu nourrir nos enfants dans beaucoup d'endroits différents (comme dit dans l'article : à la maison, chez des amis, en voiture sur une aire d'autoroute, à la plage, dans un champ etc.), sous des regards interrogateurs, parfois amusés ou d'autrefois méprisants.

Certains, certaines pourront y voir une exhibition. Votre pudeur est bien mal placée alors. Je pense même qu'à ce stade, une prise en charge par le corps médical est nécessaire. Faites vous soigner. Laisser nous vivre. Ma femme vous gêne ? Franchement, merde.

Chaque chose est affaire de contexte : il n'y a rien de sexuel dans le fait qu'une mère nourrisse son enfant au sein. Tenez-le vous pour dit. Laissez les gens vivre. Laissez les enfants s'épanouir, les gens s'embrasser. Faites place à la vie, vous qui êtes morts en dedans.

Foutez votre pudibonderie ridicule, à la con, à la poubelle. C'est là qu'elle doit être. Je vous gêne ? Ma femme vous gêne ? Mes opinions vous gênent ? Tant mieux, nous sommes là pour ça.

Brut d'homophobie

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Les éléments de langage sont travaillés. Le mot d'ordre est d'éviter tout dérapage, comme l'explique Philippe Gosselin, l'orateur du groupe UMP : "Au PS, ils se sont dit : 'on leur refait le coup de 1999 avec le pacs, il y aura bien une Boutin pour brandir la Bible et ils passeront pour des ringards'. Mais ils se sont trompés, on n'est plus dans le débat homophobe de ces années-là.
[Nicolas Chapuis, À droite, un collectif parlementaire va ferrailler contre le mariage gay, Le Monde le 23 janvier 2013.]

Je pense que les personnes qui sont à l'origine du Tumblr hop-hop-hop-homophobie.tumblr.com doivent crouler sous les déclarations plus homophobes les unes que les autres (voir aussi l'observatoire mis en place par Libération). Qu'on ne se trompe pas : dès que j'entends quelqu'un être contre le mariage pour tous, je vois l'homophobie et la haine suinter... Le leitmotiv "Je ne suis pas homophobe mais" est devenu le nouveau "Je ne suis pas raciste mais". Et c'est toujours aussi pathétique d'entendre des gens prendre autant de précautions oratoires pour déverser leur haine.

Vous êtes contre le mariage pour tous ? Très bien, ça me fait franchement plaisir que vous soyez contre : ça montre vraiment à quel point vous êtes rétrogrades, à quel point vos valeurs ne sont pas les miennes. J'aime bien juste quand les raclures de bénitiers sont outrés.... Mon plaisir coupable !

OVH-HUBIC VS. Apple, encore un exemple de l'importance de ne pas brader nos libertés

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Bonjour,
Depuis environ 3 mois, on n'arrive plus à valider la nouvelle Apps Hubic au près d'Apple. Cette  nouvelle Apps comporte les bugs fixes et les nouvelles fonctionnalités (sync).

Le problème qu'Apple évoque est que comme hubiC est une offre stockage Cloud et qu'on commerciale les offres payantes, ces offres payantes doivent obligatoirement être proposées via iTunes !!  C'est extrement surprenant puisqu'aucun de nos concurrents autre que Apple n'est pas obligé de le faire. Visiblement Apple cherche à vendre leur iCloud ou sinon avoir 30%" de chiffre d'affaire de tous les autres stockage dans le Cloud qui ne sont pas amercains !

En plus, Apple essaie de nous obliger d'abandonner notre système de login et mot de passe et utiliser les login et les mots de passe d'iTunes !! Ce qui est inacceptable pour nous. Vous faites confiance à Ovh et nous pouvons vous garantir la confidentialité de vos données que si vous utilisez notre système de login/mot de passe. Si vous utilisez le système d'Apple et étant donné qu'Apple est soumis à Patriot Act, vos données sont sous le Patriot Act ! Et donc on ne peut plus rien vous garantir. En même temps on voit mal comment Apple peut obliger Google ou Microsoft à utiliser leur login/mot de passe .. Et pourquoi les obliger à utiliser les login d'iTunes puisque Google, Dropbox ou Microsoft est déjà sousmis à Patrio Act ?

En bref, il y a quelque chose qui est en train de se jouer entre Apple et Ovh. Nous ne sommes pas soumis à Patriot Act et on voit qu'il y a une difference de traitement vis à vis de nos concurrents américains qui eux sont soumis à Patriot Act. On n'arrive pas à s'empecher de penser que Quelqu'un n'est pas content qu'il existe un système de stockage Cloud qui échappe aux regards indiscret et qu'il est impossible de savoir ce  qu'il s'y passe. Combien de clients ? Qui sont nos clients ? Qu'est ce qu'ils stockent sur hubiC ? Oui, hubiC est sous le radar de Patriot Act et ça fait le désordre ..

On ne lâchera pas. hubiC restera sous ce radar là.

Amicalement
Octave
Je pense que le message (reçu ce jour à 13h12 dans la mailing-list de OVH) de Octave Klaba (fondateur de OVH) est très clair. Il est absolument anormal que Apple, simple distributeur de l'application de OVH, puisse prendre autant de libertés avec nos libertés. Je ne veux pas que OVH (entreprise de droit français) sous soumise au droit américain (attention, uniquement la partie la plus vile, le Patriot Act). Non je ne comprends pas pourquoi Apple devrait toucher 30% des revenus de OVH liés à Hubic.
Dropbox, Google Drive ou encore SugarSync [...] ne court-circuitent en aucun cas les règles d'Apple, aussi arbitraires soient-elles.
En lisant cela dans l'article de Clubic consacré au sujet, on comprend que c'est foutu. Le problème n'est pas ce que Apple reproche à OVH mais pourquoi OVH devrait se conformer aux règles d'Apple pour que son application soit disponible pour les utilisateurs du matériel d'Apple. Vous ne comprenez pas ? Dans ma 308, vous croyez vraiment que Peugeot peut me dire quelle station de radio j'ai le droit d'écouter ? Quelles routes je peux prendre ?

Apple est complètement moisi. Totalement. Et quand je peux voir des articles de ce genre sur des sites dits spécialisés, on se pose la question de la compétence des dits sites. Clubic était pitoyable depuis longtemps ; là c'est pire que tout. Sonnez l'hallali mes braves, on ne peut plus rien faire pour eux.

Alors on me dira que Apple fait ce qu'il veut sur ses téléphones, dans son App Store etc. Il faut être bien naïf dans ce cas pour pouvoir prendre la défense d'Apple et ne pas comprendre que ce qui se joue derrière tout ça s'appelle simplement la liberté.

Oui la liberté, rien de moins : Apple ou qui que ce soit n'a pas à décider de ce que je fais de mon équipement électronique. Mon téléphone m'appartient ; mon matériel m'appartient. J'ai le droit d'installer ce que je veux sur mon matériel : je suis libre. Je suis libre de ne pas choisir le cloud à la sauce Apple (je vais vomir) ; je suis libre de ne pas subir le Patriot Act (je suis français, on croit rêver).

C'est que les personnes qui vivent comme Apple l'entend n'ont pas compris : vous avez signé un pacte avec le Diable. Vous avez bradé votre liberté pour quelques beaux écrans, quelques petits appareils blancs qui n'ont rien de transcendants. Vous n'êtes que les serviles pantins de votre enchaînement. Bashing Apple ? Oui, je veux. Et puis quoi ? J'ai encore le droit non ?

France Inter, porte-voix de la xénophobie française ordinaire

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
France Inter, aussi bien par ses intervenants (chroniqueurs dirons-nous) que par les personnes interrogées dans les journaux, a fait preuve d'une vraie légèreté ce soir en diffusant des propos qui sentent bon la xénophobie la plus brune. En la laissant s'étaler dans les journaux du soir, dans les émissions les plus diverses France Inter ne fait qu'amplifier la vague actuelle de détestation de certains bas du front envers les peuples étrangers. Nous nous renfermons sur nos peurs, et la radio par sa bêtise et sa lâcheté n'inversera pas la tendance. C'est ce que l'on appelle jeter de l'huile sur le feu, non ?
Nous les Français nous avons joué avec les règles, les Grecs ont triché carrément, les Espagnols ont eu des désastres immobiliers et bancaires, les Italiens ont été Italiens.

[Nicolas Beytout à propos de la dette publique, France Inter le vendredi 28 septembre 2012 - Questions Critiques]
Questions Critiques est une émission de Jean-Marie Colombani diffusée tous les vendredi à partir de 18h20. Au menu du jour, deux questions :
 - L'UMP et les valeurs du FN ;
 - Croissance et réduction des déficits, cherchez l’intrus.
 
L'intervention de Nicolas Beytout, pourtant entachée de xénophobie (et on te véhicule tous les clichés sur les peuples : les Grecs trichent, les Italiens sont, certainement, des voleurs ?), n'a étonnamment pas eu lieu lors de la première partie dé l'émission consacrée aux valeurs du FN. Sans doute une erreur de ce brillant éditorialiste des Échos.

Nous n'avons eu le droit de la part des intervenants qu'à un petit soupir poli. Sinon Caroline Fourest est essayiste (c'est vrai c'est écrit sur le site Internet de France Inter) et polémiste. Mais il semble que la xénophobie ordinaire la fasse juste soupirer.
Ça c'est tous les déchets des Roumains, c'est infect. On a téléphoné à l'hygiène, ils nous ont dit de tout brûler pour qu'il y ait pas de microbes.

[Rachid, un riverain du camp de Roms démoli par une milice à Marseille - France Inter le vendredi 28 septembre 2012 - Journal de 19h]
Coup de chance pour les Roumains comme dit Rachid : il a téléphoné aux services de l'hygiène une fois le camp vidé de ses occupants. La plupart des microbes était partie.

Pauvre France, pauvres médias. Il est où votre recul, votre esprit critique ?

Charlie Hebdo, brochette de réactions

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Les réactions au numéro du mercredi 19/09/2012 de Charlie Hebdo sont pour le moins bigarrées.

La plupart des réactions sont pathétiques et ne sont que des concerts du style "Je suis pour la liberté d'expression mais". Ce fameux mais qui pourri toutes les réflexions, toutes les idées, toutes les prises de position. Mêmes ceux qui étaient des provocateurs dans l'âme, mêmes ceux qui nous ont habitués à lutter sont atteints de ce mal. Je pense bien sûr aux propos de Daniel Cohn-Bendit. Et dans une moindre mesure à ceux de Guy Birenbaum. Avec des défenseurs de la liberté d'expression comme eux, les intégristes ont fait le plein d'amis. Merci pour eux. Ces gens ont-ils oublié que la défense de la liberté d'expression ne se limitait pas à la défense des idées pour lesquelles on est d'accord ? La liberté d'expression s'applique à tous, pour tout. Si je décide de ne pas aimer le Père Noël j'en ai foutrement le droit !

Nonobstant, j'ai surtout et particulièrement aimé l'éditorial de Nicolas Demorand dans le journal Libération de ce jour :
En appeler au sens des responsabilités des dessinateurs, leur demander d’y réfléchir à plusieurs fois avant de publier, les exhorter à prendre en compte le contexte géopolitique comme s’ils étaient porte-parole du Quai d’Orsay, c’est mettre le doigt dans un engrenage dont le premier cran est l’autocensure et le dernier la capitulation. De l’une à l’autre, le chemin se révèle étonnamment court ; il est sans retour. En démocratie, libre à chaque titre d’établir sa ligne éditoriale ; libre au lecteur de lire ou de ne pas lire ; libre aux personnes qui se sentent offensées de demander réparation devant les tribunaux, la seule arme légale. Et espérons que sous d’autres régimes, des armes d’une autre nature ne soient pas utilisées.
[Nicolas Demorand, Libre, Libération du 20/09/2012]

Charlie Hebdo, les pisse-froid et les pleutres

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
La question du jour est donc celle-ci : dans le contexte actuel, Charlie Hebdo devait-il se taire ou bien a-t-il eu raison de publier de nouveau des caricatures de Mahomet ?

charlie_une_2012_09_19
[Une de Charlie Hebdo du mercredi 19/09/2012]

La question finalement devait plutôt être celle-ci : comment en sommes-nous arrivés à nous poser cette question ? Attendre quelque chose de raisonnable de Charlie Hebdo ? Pardon, mais ce n'est pas pour ça que je leur donne 2,5€ à chaque numéro. Quoi, Charlie a voulu faire le buzz ? Parler du "buzz" de Charlie quand on vit sous protection policière (c'est le cas de Charb), quand son lieu de travail est détruit par un attentat (après la publication de Charia Hebdo), quand on est dépositaire de la tradition de Hara-Kiri et de toutes les interdictions et pressions que les auteurs ont pu connaître, ça me fait sourire. Si certains peuvent penser cela, alors ils ont un autre Dieu, l'argent. Et je ne suis pas vraiment sûr que les auteurs de Charlie roulent sur l'or... Ce qui est pitoyable c'est que certains ne ramènent la liberté d'expression qu'à un problème d'argent...

Bien sûr que l'on attendait Charlie au tournant. Et heureusement qu'ils sont là. Merci à eux de résister et de ne pas succomber à la peur. Il faudrait donc se taire ? Tous les appels au silence que j'ai pu entendre ou lire n'ont été lancés que par peur (les terroristes ont gagné) ou par un soit-disant respect dû aux croyances (les intégristes ont gagné). J'ai le droit de ne partager aucune de ces raisons.

Mais à partir du moment où la question de la raison par rapport à celle du droit est posée, les intolérants n'ont-ils pas déjà gagné une bataille ? Notre esprit est déjà contaminé par cette vermine, par ce poison. Dans ce cas, les partisans des appels à la raison ne font que le jeu des extrémistes. Le silence qu'il serait raisonnable d'observer et que l'on veut imposer ne sera bien sûr pas du respect mais de la crainte. Dans ce cadre, la réaction du Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault est, il faut le dire, à côté de la plaque.

La seule façon de lutter c'est de tenir bon : bouffons les curés, les pasteurs, les religieux de tous les horizons, les bas du front, les abrutis et tutti quanti. Faisons-les sortir du bois. Qu'ils se montrent et que l'on voit leur vrai visage. Et nous verrons bien : on ne sort pas de centaines d'obscurantisme du jour au lendemain.

Je peux tout à fait respecter les individus, mais ne me demandez pas de me taire pour respecter leurs croyances. Les croyances doivent être confrontées, discutées, taillées en pièce etc. On doit les faire vivre, les faire évoluer. Tout simplement parce que les tenants de ce respect des croyances ne sont que des rétrogrades. Cela ne vous plaît pas ? Ne me lisez pas, ne m'écoutez pas. Point barre. Je vous gêne toujours ? Il vous restera la loi, donc le tribunal et le juge. Et nous verrons. Mais il est hors de question que ma vie s'organise autour des croyances ridicules des religieux. On lira avec plaisir la tribune de Hubert Lesaffre En France le blasphème n'existe plus publiée sur le site Internet de Libération.

Pour en revenir à Charlie, il n'était pas compliqué de se donner la peine d'ouvrir le journal avant de réagir (n'est-ce pas M. Fabius) :

charlie_mahomet_charb.jpg

[Extait de Charlie Hebdo du 19/09/2012 - Photo Paul Da Silva - http://twitpic.com/aw62uy]

Tant que Charlie continuera, tant que Charlie prendra le contre-pied de la pensée ambiante je les soutiendrai.

Merci Charlie. Tenez bon.

Nina, adhérente Fnac et pigeon

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Vu ce matin dans 20 minutes :

nina_est_un_pigeon

Non Nina, tu n'es pas Cendrillon mais un beau pigeon. Je ne te comprends pas Nina : tu as un PC, donc la liberté d'installer les logiciels que tu veux, les systèmes d'exploitation que tu veux, le matériel que tu veux et tu vas t'enfermer dans la pire chose de l'informatique, un Mac ? Mais es-tu folle ou simplement idiote Nina ?

En complément de cet article au vitriol : http://www.bertrandlemaire.com/chroniques/2012/08/28/apple-ne-passera-pas-par-moi/
Et non Apple ne passera pas par moi : payer les barreaux de sa prison dorée, non merci. J'aurais bien trop mal aux fesses, merci pour elles. Je veux continuer à choisir mon matériel, mes outils, mes logiciels et mon système d'exploitation. Tout ceci est ma liberté.

Pour rappel, un système d'exploitation ne sert pas à se faire exploiter.

Dieu ou le cache-sexe de l'intolérance de certains

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
J'ai récemment pu lire la prose d'un certain Donald Soro (Responsable de la Vision [sic] de l'association Nycodem), qui de Librebille au Gabon nous sert des articles pas piqués des hannetons. Du lourd, du très lourd. L'article en question (sobrement intitulé Les mœurs de nos jours (couguars, homosexualité, adoption, dépravation...)) n'est qu'une invitation à la haine de l'autre. Qui est l'autre ? Celui qui n'a pas la même sexualité que Donald Soro. M Soro nous sert jusqu'à l’écœurement des citations de la Bible, pour assumer son intolérance et laisser penser que si Dieu il y a, Dieu est présent même dans nos caleçons.

Quelques citations qui sentent bon la tolérance, l'amour de l'autre et l'acception des différences :
Le monde veut que le sexe soit libéral, que chacun vive sa sexualité comme il l'entend sans limite ni tabou.
Oui c'est abominable, des hommes s'embrassent, que fait la Police / Dieu / Superman ?
Dieu est en colère, Dieu est très en colère, la terre est une grosse boule pleine d'abominations.
En fait, Dieu est en colère. Vous n'aviez peut-être pas compris.

Et c'est parfois tellement ridicule que cela en est drôle :
Je n'aurai jamais pensé qu'on attendrait si vite l'état de Sodome et de Gomorrhe, ces deux villes pécheresses que Dieu a jadis détruites, tant leurs péchés étaient abominables.
On se délectera du lapsus de Donald Soro : attendrait / atteindrait. Oui ces personnes n'attendent qu'une chose : que leur haine soit justifiée par n'importe quels prétextes. Ils ne peuvent vivre qu'en détestant l'autre. Tous les moyens sont bons, toutes les excuses sont bidonnées. Je ne me demande pas ce que nous voulons pour nos enfants (ils ont leur libre-arbitre. La liberté de pensée, la liberté d'opinion et la liberté d'expressions existent tout de même.). Je me demande juste quelles sont les valeurs que nous devons à tout prix  transmettre à nos enfants pour qu'ils ne s'entre-tuent pas. Et ce n'est pas en jugeant la sexualité des autres que nous réussirons.

Je ne comprends pas que l'on puisse, sous couvert d'amour, distiller la haine. Juger, mais finalement préjuger des valeurs de l'autre à partir de sa sexualité ? Il faut être sacrément intolérant pour pouvoir penser cela. Croire que ma valeur morale n'est définie qu'à partir de la façon dont j'exerce mon amour ? Je suis hétérosexuel, comme M. Soro. Mais j'espère avoir très peu en commun, si je me fie à ses discours haineux. Sinon, ça me ferait mal au derrière.

Ces gens me font peur. Des gens comme ce monsieur Soro, pourtant si loin de moi, des gens comme Christine Boutin ( et ) plus proches de moi. Encore une fois, ces personnes prennent n'importe quel prétexte pour affirmer en public leur haine. Ces personnes n'ont aucune retenue, aucun amour. Seulement de l'intolérance.

Les temps qui s'annoncent seront certainement durs : des loups sortiront du bois, nous devrons rester vigilants. La tolérance (prenez le comme vous le voudrez : acceptation, indifférence etc.) est une valeur qui n'est que trop peu partagée. J'espère que les prochains débats annoncés par François Hollande sur les droits des couples homosexuels permettront de faire évoluer les choses. J'espère que l'on pourra ainsi démontrer que ces gens se trompent et sont dangereux. Bien plus dangereux que les gens qu'ils stigmatisent en tout cas.

Franchement, et c'est un athée qui vous le dit, laissez Dieu tranquille. Il a bien assez de choses à ne pas faire pour s'occuper de qui couche avec qui. Honnêtement si ça vous travaille tant que ça, faites une psychanalyse. Et ne déversez plus votre haine sur les autres.

Arrêt de Thunderbird ? Les persifleurs du Libre

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Samedi dernier (le 07 juillet 2012), j'ai pu constaté une certaine agitation, voire même de la fébrilité autour d'un sujet commun : l'annonce par certains de l'arrêt du développement de Thunderbird par Mozilla.

J'ai moi-même appris la nouvelle en me rendant sur le planet-libre, en lisant un billet intitulé Mozilla va arrêter le développement de Thunderbird. J'ai ainsi pu lire la source de ce billet : http://blog.lizardwrangler.com/2012/07/06/thunderbird-stability-and-community-innovation/. En lisant cet article, j'ai pu comprendre que certains lisaient un peu vite, ou de travers.

Ma compréhension de ce texte est celle-ci : Mozilla a des ressources limitées ; Thunderbird est un produit mâture ; Mozilla n'apportera pas d'évolution à Thunderbird.

Sur le fond : le développement en tant que tel de Thunderbird n'est pas stoppé net : le produit continuera à vivre, en étant stable. Il sera supporté, de nouvelles versions verront le jour (dont une version entreprise). Oui le mail est moribond : il est peu utilisé par les internautes, et quand il est utilisé beaucoup se contentent des fonctions d'un WebMail. Nous sommes peu nombreux à avoir plusieurs comptes mails ; nous sommes peu nombreux à faire une sauvegarde de nos mails (problème de la mémoire numérique). Donc oui, le marché est faible pour Thunderbird. Je pense que le développement d'une version Entreprise est une très bonne chose. Ce que nous cherchons tous avant tout, c'est la stabilité.

Suite à ce message (anodin, juste un poil fataliste mais pas de quoi fouetter un poney) sur le planet, un autre message est apparu, celui de Denis Szalkowski. C'était trop tard, les chiens étaient lâchés ; Mozilla avait sonné l'hallali sur son pauvre Thunderbird. Les oiseaux de mauvaise augure se sont jetés sur cette nouvelle comme la vérole sur le bas clergé.

J'avais déjà pu lire la prose de Denis Szalkowski quelques fois. A vrai dire, je n'avais apprécié ni la forme, ni le fond. J'ai la désagréable sensation que certains, sous couvert de l'aimer, prennent un plaisir coupable à discréditer le monde libre. Les arguments utilisés sont fallacieux, spécieux et complètement en dehors de toute réflexion digne de ce nom. Un exemple en ce qui concerne Denis Szalkowski : Linux n'est pas prêt pour la bureautique (sic). Bien sûr que Linux n'est pas prêt pour la bureautique, puisque netfilter de permet pas de filtrer par PID depuis la version 2.6.14 du noyau ! Honte aux développeurs du noyau ! Non, sérieusement ? Vraiment ? Rempiler pour un Windows 7 juste pour ça ? D'accord, c'est son droit. Il peut flanquer son installation Linux par la fenêtre pour un Windows 7 s'il veut. Mais tirer une grossière généralité à cause de sa petite mésaventure et en conclure que décidément, non, Linux n'est pas fait pour le grand public... il y a de quoi se gondoler, vraiment. Surtout pour quelqu'un qui sort les galons dès qu'on le chatouille un peu (voir pour en juger les réponses aux critiques formulées dans les commentaires, cela vaut sont pesant de cacahuètes).

On notera donc que c'est la précipitation, l'emportement, instantanéité de la réaction qui prévaut chez ces intervenants. Avoir lu un peu rapidement un document, cela peut arriver. Mais continuer à nier l'évidence une fois la preuve apportée, c'est juste de la mauvaise foi. Avec des amis comme ça, le libre n'a pas besoin d'ennemis, clairement. Voilà pour la forme des réactions. Je n'ai pas pu m’empêcher de faire une copie de l'article, pour le mettre dans mon musée des approximations et de la mauvaise foi. On notera que le titre de l'article a été changé trois fois (d'abord L'arrêt de Thunderbird enfonce la crédibilité de l'Open Source ! puis L'arrêt de Thunderbird enfoncerait la crédibilité de l'Open Source ! et enfin L'arrêt de Thunderbird par Mozilla enfoncerait la crédibilité de l'Open Source !) et qu'un nombre croissant de lignes sont maintenant barrées...

Pour se convaincre que Mozilla n'a pas enterré son client lourd de mail, on pourra lire :

Mise à jour : la palme de la bêtise décernée à LeSoir.be : Thunderbird passe en mode open-source... Mur du son pulvérisé ! Et zdnet.fr est pas mal non plus dans le genre : pitoyable, à tout point de vue.

Fil Rss des articles de cette catégorie