NDDL, il faut juste tenir alors ?

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Après une mobilisation de plusieurs dizaines milliers de personnes le week-end du 08 octobre 2016, Manuel Valls a encore voulu montrer les muscles.

Il a ainsi déclaré dans Ouest-France le 11 octobre 2016 :

L'évacuation c’est pour cet automne. Ça se fera. Il ne peut pas y avoir d’autre voie. La DUP (Déclaration d’utilité publique) dure jusqu’en janvier 2018. Les grands travaux d’aménagement de l’aéroport, c’est à partir de 2018. Avant, il faut que les travaux de défrichement aient été lancés. Engager des travaux nécessite des moyens, des forces mobiles pour tenir ensuite le terrain et protéger Nantes et Rennes. Si ça ne se fait pas avant mars 2017, ça ne se fera jamais.

C'est simple alors : il faut tenir cet automne, il faut tenir cet hiver, et il faut attendre le printemps qui refoulera les CRS. Manuel Valls pourra alors rentrer chez lui après avoir voulu jouer les va-t-en-guerre. À nous de tenir donc...

 

Le Monde, toujours sans pub pour moi

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Ce matin, sur le site lemonde.fr, une nouvelle page d'accueil :

lemonde.fr antipub

Pour la rédaction du journal : le modèle économique basé sur la publicité ne fonctionne pas. Je n'en veux pas. Le modèle sur abonnement ? J'ai déjà quantité d'abonnements à des journaux et ou magazines. Proposez-moi autre chose, mais en tout cas la culpabilisation ne fonctionnera pas. Si la rédaction du journal n'a toujours pas compris cela, désolé pour eux. Dernière chose : je n'autorise pas le journal à savoir si j'utilise ou non un bloqueur de publicité. Je n'autorise pas non plus ce journal à savoir comment je lis leur contenu. Le site Internet du journal est publiquement accessible et j'utilise les outils que je veux.

 

Donc le monde tournera sans moi. Tant mieux pour eux sans doute.

 

Croyances populaires

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Margot believes in Batman, Saint-Cloud, photographie de Rémi Noel. Découverte via L'Antre. Et merci à tineye.com.



Super Marie, détournement de Soasig Chamaillard. Découverte via Stéphane Pajot.

Plus jeune, j'avais un pote dont les parents avaient décoré leur maison avec des crucifix détournés. Jésus en Spider-man. Jésus fait du parapente. Et le détournement détourné ultime : Barbie sur un crucifix. Appropriation des codes, imagination et poésie comme seules directions.

Compatibilité maximale

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Le Front national a décidé de passer au crible la vie privée des journalistes qui couvrent son actualité. Et ce dans le but de «les écraser» et de leur «marcher dessus». Les mots sont de Philippe Martel, le chef de cabinet de Marine Le Pen, cité par Le Point.

«On va vous rentrer dans le lard», a expliqué à une journaliste de l'hebdomadaire cet ancien collaborateur d'Alain Juppé passé au Front national. Dans son viseur: «Tous ces connards de journalistes institutionnels». «De toute façon, les Français vous détestent. Notre plan média, c'est de vous attaquer à mort. La presse nous est défavorable, pourquoi continuer à collaborer avec elle?» dit-il. Et d'ajouter: «Il faut dire les études que vous faites, les appartements que vous habitez.»

[ Le Front national passe au crible la vie privée des journalistes, lefigaro.fr le 27 mai 2014 ]

Et comme le disait Nicolas Sarkozy, et comme en sont encore convaincus certains, le front national est toujours compatible avec la République ?

Nostalgie lycéenne

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Quelle chance vous avez lycéens d'aujourd'hui de pouvoir emmerder tous ces fachos de la manif pour tous, ces crétins de la droite et de l'extrême droite juste en laissant vos shorts à la maison et en mettant une jupe (ou autre, faites comme voulez).

Que j'aurais aimé les provoquer, me moquer d'eux sous leur nez et leur barbe, engoncés dans leurs attitudes réactionnaires et passéistes. Avec 17 ans de moins, j'aurais sans doute piqué une paire de collants à ma mère et fait un saut chez Emmaüs pour acheter une jupe. J'aurais été fier de parader devant ce public de fachos, de les choquer et de leur crier : Non, vous ne direz ni aux hommes, ni aux femmes, ni à qui que ce soit ce qu'il doit faire. Notre libre arbitre vous emmerde. Vous n'avez aucun droit sur moi, sur mes choix vestimentaires, sur mes droits, sur mes libertés, sur ma sexualité, sur ma culture. Je vous conchie !. Vous n'êtes pas contents ? Dites-le. Et ça ne fera qu'accroître mon envie de vous défier encore et encore.

Allez-y, faites vous plaisir ! Ressortez Porcherie, la fameuse chanson des Béruriers Noirs, et hurlez à plein poumon votre haine de l'intolérance, des fachos etc.

Pujadisme du jour

Rédigé par jdrien - - 2 commentaires
Le service public n'a manifestement rien à refuser à la présidente du FN. Selon mes informations, David Pujadas a renoncé à lui opposer Martin Schulz, le président du Parlement européen et tête de liste des socialistes européens pour les élections du 25 mai prochain, celle-ci ayant menacé de boycotter « Des paroles et des actes » programmé jeudi soir dont elle est l'invité vedette. Une belle preuve d'indépendance journalistique : est-ce aux invités de choisir leurs contradicteurs ? N'aurait-il pas été davantage conforme à la déontologie journalistique que David Pujadas renonce à inviter Le Pen ?

La présidente du FN a notamment fait valoir qu'il s'agissait d'une « campagne française », ce qui est un comble pour une élection européenne… En réalité, elle craignait d'avoir face à elle un contradicteur pugnace qui sait parfaitement ce qu'elle ne fait pas au Parlement européen.

[ Jean Quatremer, Marine Le Pen dicte ses conditions à France 2 le 09 avril 2014 ]
À mettre en parallèle avec le journal de M. Pujadas de la veille, le 08 avril 2014, pendant lequel des intermittents du spectacle se sont introduits sur le plateau. M. Pujadas a alors rendu l'antenne en indiquant ne pas pouvoir faire ce journal sous la pression (sic).

Quand le service public laisse l'extrémisme et le populisme dicter ses lois, on se dit qu'on a pas fini d'entendre les chemises brunes se gausser autour de nous. Sombre pays.

Moulinsart SA, fossoyeur de Tintin

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
tintin censure le petit XXle
Patrimoine commun

Aux Etats-Unis, Marvel et DC, s’ils savent aussi être pénibles, ont tout de même laissé leurs personnages de superhéros vivre leur vie. Superman, Batman ou Spiderman ne sont ainsi plus seulement des personnages de comics, ce sont aussi des héros de cinéma et d’Internet. Ce sont des mèmes, utilisés à satiété pour commenter l’actualité ou simplement pour faire des blagues. Cela rend ces héros créés au lendemain de la Grande Dépression pour le premier, juste avant la Seconde Guerre mondiale pour le second, et dans les années 60 pour le troisième, encore bien vivants. Ils ont réussi le pari d’être une partie intégrante du patrimoine culturel américain tout en restant en phase avec la société. Pour Marvel, ce détournement des œuvres est loin d’être un problème et a même permis à l’entreprise de devenir un studio hollywoodien surpuissant.

Tintin, pour le monde francophone, pourrait être la même chose. Un étendard et un bien culturel commun. Un signe de fierté à promouvoir pour montrer la capacité de notre culture à éclairer et interpréter les enjeux du monde actuel. Au contraire, les éditions Moulinsart ont choisi de mettre le petit personnage sous cloche, dans un musée d’où il n’a pas le droit de sortir. Il prend doucement la poussière. Face à la concurrence des héros de comics et de mangas, accessibles partout et tout le temps, Tintin est invisible. Les jeunes, petit à petit, ne se tourneront plus vers lui. Ils vont l’oublier. Au-delà d’une simple ligne de bénéfices en bas du bilan comptable des éditions Moulinsart, de toute évidence, Tintin se meurt.

[ Quentin GIRARD, Tintin prisonnier de Moulinsart, liberation.fr le 26 mars 2014 ]


Le problème de l'appartenance de la création au créateur est connu (cf par exemple la mort de Sherlock Holmes par Sir Arthur Conan Doyle.). À partir de quel moment la création n'appartient plus au créateur ? Quand fait-elle partie de notre culture commune, de notre patrimoine ? Ce qui se joue derrière cette question est notamment la problèmatique du droit d'auteur...

Mais ce qui se passe ici c'est la question des ayants droits. Quels sont les droits des personnes qui n'ont rien à voir avec le processus créatif (cas de la société Moulinsart SA dirigé par Nick Rodwell, époux de la veuve d'Hergé). Ces personnes se comportent comme des parasites, de vulgaires gstionnaires qui confisquent un patrimoine culturel commun. Dommage, de moins en moins de personnes liront Tintin. De moins en moins de jeunes découvriront Tintin. Tintin sera mort, et avec lui tout un pan de notre patrimoine.

Sexualisation rance

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Il y a des pensées vieillies et nocives qui hantent les débats dès qu’il est question de sexualité. Il y a cette conviction qu’il existe des choses naturelles, des évidences essentielles que, jamais, rien ne démentira.

Pour les antimariage pour tous, deux personnes du même sexe ne peuvent élever un enfant.

Pour les machos et les viragos alliés dans le même différentialisme, l’homme a plus de besoins sexuels que la femme, et il est écrit de toute éternité que l’un paiera pour assouvir ses pulsions animales que l’autre accueillera en silence, en rêvant à l’impossible prince attentionné qui protégerait sa sensibilité maternante de belle au bois dormant.

Pour les abolitionnistes, le client de prostitués est un violeur qui s’ignore, la fille publique n’est qu’une esclave dénuée de libre arbitre, l’homme des bois est un prédateur, la femme - courage ne peut être que victime, la Suède, c’est le paradis, la Suisse, c’est mal, la Nouvelle-Zélande, c’est trop loin pour y aller voir.

En résumé, les hommes sont méchants, les femmes sont gentilles.

Et si moi, en tant qu’homme génétique, j’avais envie que ce soit la journée de la gentillesse toutes les semaines ?

Et si l’homme unique qui est en moi voulait être une foule sentimentale à lui tout seul ?

Et si moi, en tant que femme sporadique, j’avais envie d’affirmer ma méchanceté ? Dites-moi, je fais comment ?

[ Luc Le Vaillant, La sentimentalité, autre violence «faite» aux femmes... publié le 25 novembre 2013 sur liberation.fr ]
Fil Rss des articles de ce mot clé