Bonheur du jour : ne plus avoir écouté Ruquier depuis 4 ans, et ne pas le regretter

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Cela fait maintenant quatre ans que je n'écoute plus Laurent Ruquier, que j'avais connu avec Jacques Martin à la télévision, et sur France Inter, tout d'abord dans Rien à Cirer (ce que j'avais ri lorsque l'équipe avait fait l'émission à Bourges ou sur l'île de Tatihou). Je l'avais suivi sur Europe 1, à regret, zappant de France Inter à Europe 1 juste à 16h30 dans la voiture. Mais voilà, la lassitude. La ras de bol d'une équipe en bout de course, qui tourne en rond. Qui n'invente pas, qui ne surprend pas. Qui ne convient plus. Oh ils n'avaient pas changé, non c'est moi. J'avais mûri, certainement. Je voulais autre chose, et ce autre chose fut Radio Nova. Le bonheur d'une écoute sans pareille, des découvertes, de la curiosité. Bref d'une ouverture vers le monde, vers les autres. Ce que je ne retrouvais pas chez Ruquier.

Une rupture qui amena un bonheur donc. Et aujourd'hui, j'ai pu écouter la bande de Ruquier dire des inepties sur Pierre Boulez, document ressorti par Libération suite au décès du compositeur :

Beaufitude zénithale.

En mars 2015, la bande de Laurent Ruquier des Grosse Têtes débattaient sur RTL des mérites de Pierre Boulez, qui vient de décéder à l'âge de 90 ans. La vision de cet extrait de moins de trois minutes d'une beauferie absolue est clairement plus indigeste que l'écoute des quelques 35 minutes du Marteau sans maître du compositeur.

[ liberation.fr le 06 janvier 2015 ]

La vidéo en question :

 

Mon bonheur aujourd'hui fut donc de continuer à retrouver Radio Nova et de ne pas regretter Laurent Ruquier. Laurent, désolé, mais j'ai une indigestion de couscous-boulez... Sans rancune, je garde quand même tes livres, pour me souvenir de la période Rien à cirer.

Fil Rss des articles de ce mot clé