NDDL, il faut juste tenir alors ?

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Après une mobilisation de plusieurs dizaines milliers de personnes le week-end du 08 octobre 2016, Manuel Valls a encore voulu montrer les muscles.

Il a ainsi déclaré dans Ouest-France le 11 octobre 2016 :

L'évacuation c’est pour cet automne. Ça se fera. Il ne peut pas y avoir d’autre voie. La DUP (Déclaration d’utilité publique) dure jusqu’en janvier 2018. Les grands travaux d’aménagement de l’aéroport, c’est à partir de 2018. Avant, il faut que les travaux de défrichement aient été lancés. Engager des travaux nécessite des moyens, des forces mobiles pour tenir ensuite le terrain et protéger Nantes et Rennes. Si ça ne se fait pas avant mars 2017, ça ne se fera jamais.

C'est simple alors : il faut tenir cet automne, il faut tenir cet hiver, et il faut attendre le printemps qui refoulera les CRS. Manuel Valls pourra alors rentrer chez lui après avoir voulu jouer les va-t-en-guerre. À nous de tenir donc...

 

Régionales 2015 - Dernier sondage Pays de la Loire

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Peut-être verra-t'on la France se couvrir de brun-noir dimanche soir, comme un cancer trop longtemps oublié. En tout cas le dernier sondage publié par le Monde montre que M. Retailleau a une confortable avance au premier tour sur M. Clergeau. Mais que l'écart pourrait être assez faible au second tour.

 


On y croit ? En tout cas, si dans 10 jours M. Retailleau gagne la Région, on pourra colorier la région Pays de la Loire de la même couleur que pour le FN. Pour moi les choses sont claires.

Bruno Retailleau, droite dure bien sûr

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Certains pouvaient douter que Bruno Retailleau était le parfait représentant de la droite dure, même dans son propre camp.

Ainsi M. Maurice Perrion, en deuxième position sur la liste de la Loire Atlantique pour les élections régionales a pu déclarer lors du meeting du 13 novembre 2015 à Saint Sebastien Sur Loire que "la droite dure c'est l'extrême droite, pas @BrunoRetailleau"

 

Il faudrait quand même que M. Perrion soit un peu mieux informé. Ou qu'il arrête de nous prendre pour des canards sauvages.

Ainsi Bruno Retailleau accueille 5 membres du groupuscule Sens Commun, issu de la manif pour tous. Notamment le président de Sens Commun, Sébastien Pilard, en 18ème position sur la liste de Loire-Atlantique. Si Sens Commun n'est pas la droite dure, alors ?

M. Retailleau a participé à un débat organisé par la manif pour tous, débat où seuls les candidats les plus réactionnaires et les moins progressistes se sont présentés (Pascal Gannat, FN et Cécile Bayle de Jesse, Debout la France). M. Retailleau a d'ailleurs fait un très bon score à l'applaudimètre. Lors de ce débat, celui-ci a défendu l'enseignement privé, a parlé de l'enseignement catholique mais n'a jamais parlé de l'enseignement public. Il a également défendu la présence des crèches dans les lieux publics (Conseil Départemental de Vendée) et a dit que l'on devait revenir sur la loi Taubira (enfin la loi sur le mariage pour tous). Se faire applaudir (et être le chouchou) des catholiques traditionalistes de la manif pour tous, ce n'est pas être de la droite dure peut-être ?

M. Retailleau rejoint le candidat du FN sur la question du financement du Planning Familial par le Conseil Régional. Lors du débat organisé par France 3 Pays de la Loire, Christophe Clergeau a pu expliquer que M. Retailleau avait réalisé en Vendée le rêve du FN, à savoir ne pas financer le planning familial. Quand la question a été posée ouvertement à M. Retailleau, celui-ci a esquivé et n'a pas répondu (un faible et hésitant je ne veux pas... puis une esquive en prétextant ne pas vouloir aller sur ce terrain).

Oui, M. Retailleau est la droite dure et rejoint le Front National sur bien des aspects. Il n'est pas possible de feindre l'ignorance sur ces sujets.

Il faut que les choses soient dites et il faut appeler les choses par leur nom.

Donner sa voix à la liste de M. Retailleau, c'est donner une voix à des politiques dont le seul enjeu n'est pas le vivre ensemble et l'extension des droits des individus. C'est donner sa voix à la droite la plus réactionnaire qui existe. Vous êtes prévenus : M. Retailleau n'est motivé que par l'affrontement des citoyens entre eux (enseignement public contre enseignement privé, les fonctionnaires contre le privé, les catholiques et les autres, etc.). Seule l'exclusion des uns et des autres n'a de sens pour lui.

Est-ce vraiment la société dont nous avons envie ? Dont nous avons besoin ? M. Retailleau est le représentant d'une droite rance archaïque, arc-boutée sur des concepts d'un autre âge. Voter pour lui, c'est simplement voter contre un projet de société où chacun à sa place. Ne vous trompez pas dimanche, pas un vote pour M. Retailleau !

 

Conférence - débat "les migrants" à Nort Sur Erdre le lundi 30 novembre 2015

Rédigé par jdrien - -

La question des migrants nous concerne tous, dans notre humanité et dans la solidarité que nous devons à l'autre. Parce qu'il faut savoir, connaître, débattre, une soirée conférence et débat est organisée le lundi 30 novembre 2015 à Nort Sur Erdre, salle des loisirs.

S'informer c'est déjà une premier pas dans l'action.

 

 

invitation migrants nort sur erdre

 

 

Puy du Fou, sans moi

Rédigé par jdrien - - 3 commentaires

Le vendredi 3 juillet 2015, le parc du Puy du Fou a remis un chèque de 50 000 € (une paille) à la fondation Jérôme Lejeune :

Un chèque de 50 000 € a été remis par le parc vendéen à cette Fondation reconnue d'utilité publique depuis 1996, qui investit dans la recherche médicale et l'aide aux familles, mais aussi dans des combats sociétaux liés à "la défense de la vie". Elle est ainsi farouchement opposée à l’avortement et à l’euthanasie.

La somme versée par le Puy du Fou doit permettre de financer l’agrandissement du bâtiment de la fondation, mais également de poursuivre la recherche.

[ Ouest-France, Puy du Fou. Un don de 50 000 € à la très militante Fondation Lejeune, le 05 juillet 2015. ]

En allant voir les spectacles du Puy du Fou, en famille, entre amis, ou simplement lors des sorties organisées par les centres de loisirs, on participe au financement de groupes politiques réactionnaires très actifs.

Il suffit de lire la parge Wikipédia de la Fondation Jérôme Lejeune pour s'en convaincre :

Prises de positions éthiques

La Fondation Jérôme-Lejeune participe au débat sur la bioéthique. Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation, a été auditionné en 2009 dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique par le Conseil d’État et l’Assemblée nationale.
La Fondation Jérôme Lejeune milite contre l'avortement ou soutient des associations anti-IVG comme Life parade.
Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif pour tous, est responsable de la communication à la fondation depuis 2010.

Opus Dei
Selon Peter Hertel, la Fondation Jérôme-Lejeune est une association proche de l'Opus Dei. Le président actuel de la fondation, Jean-Marie Le Méné, est lui-même considéré par Michel Dufourt comme un proche de l'Opus Dei, tandis que Jérôme Lejeune était membre de cette organisation.

[ Wikipédia, Fondation Jérôme-Lejeune ]

Vous allez voir un spectacle du Puy du Fou en toute innocence ? Très bien, vous contribuerez à financer la lutte contre l'avortement (sincérement, j'avais vu une manifestation des sbires de Jérôme Lejeune devant une maternité. Un scandale, une honte.), vous alimenterez également des groupuscules intégristes dont les prises de position homophobes ne sont plus à démontrer. Tout est politique. Rien n'est gratuit, rien n'est fortuit, toutes nos actions ont des conséquences.

Vous êtes libres de décider. Pour ma part, c'est clair : je ne vais pas au Puy du Fou, je n'irai jamais, et mes enfants ne participeront pas aux sorties organisées vers le Puy du Fou. Et vous ?

 

 

 

 

Méthode gouvernementale

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

À partir de la nouvelle reculade du gouvernement sur les ABCD de l'Egalité et la taxation de l'A84 pour la nouvelle écotaxe (A84 et axe Nantes-Rennes qui ne traversent pas la Bretagne...).

Même si le gouvernement se garde bien de le théoriser, Hollande, jour après jour, dossier par dossier, construit ainsi une méthode de gouvernement, par l’ambiguïté, la dissimulation, et l'antiphrase. On n'est pas exactement dans le fameux "la paix, c'est la guerre", de 1984, mais plutôt dans un "la paix, c'est la guerre qui est la paix", qui sophistique le dispositif.

Ses ressorts ne sont pas, en eux-mêmes, méprisables : la recherche du consensus, l'obsession d'éviter les vaines et épuisantes campagnes d'insultes qui furent la marque du sarkozysme, sont un service rendu à la psychologie collective. Mais on voudrait être certain que ces louvoiements sont au service d'un grand objectif, même masqué, dans la ligne du "La finance c'est l'ennemi", de la campagne. Ah, comme on crierait (silencieusement) : vas-y François, avance masqué, c'est pour la cause ! Le problème, c'est qu'on est à peu près certains du contraire.

Daniel Schneidermann, La route qui traverse la Bretagne sans la traverser, publié le 24 juin 2014 sur Rue89.

Compatibilité maximale

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Le Front national a décidé de passer au crible la vie privée des journalistes qui couvrent son actualité. Et ce dans le but de «les écraser» et de leur «marcher dessus». Les mots sont de Philippe Martel, le chef de cabinet de Marine Le Pen, cité par Le Point.

«On va vous rentrer dans le lard», a expliqué à une journaliste de l'hebdomadaire cet ancien collaborateur d'Alain Juppé passé au Front national. Dans son viseur: «Tous ces connards de journalistes institutionnels». «De toute façon, les Français vous détestent. Notre plan média, c'est de vous attaquer à mort. La presse nous est défavorable, pourquoi continuer à collaborer avec elle?» dit-il. Et d'ajouter: «Il faut dire les études que vous faites, les appartements que vous habitez.»

[ Le Front national passe au crible la vie privée des journalistes, lefigaro.fr le 27 mai 2014 ]

Et comme le disait Nicolas Sarkozy, et comme en sont encore convaincus certains, le front national est toujours compatible avec la République ?

Contestation footballistique

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
De plus en plus les sommes folles dépensées dans l'organisation des grandes messes footballistiques planétaires sont contestées.

On le constate en ce moment avec cette œuvre de Paulo Ito à São Paulo (peinte sur le mur d'une école) pour la Coupe du Monde qui se déroulera prochainement au Brésil. Le coût estimé (source : rue89) est de 11 milliards de dollars.

Paulo Ito - São Paulo - eventopompeia2014didatico
Source : Flickr/CC/Paulo Ito https://www.flickr.com/photos/pauloito/13998946669

On le voit aussi avec cette œuvre de Goin à Athène en 2013.

goin athenes 2013 - need food not football

Source : http://www.goinart.net/goin-to-athens/

Mais la contestation ne doit pas exister que pour ces événements planétaires. Elle doit exister à chaque niveau, même et surtout au niveau local.

Exemple dans ma commune. Le terrain de football en herbe datait de 1987, et selon les intéressés, ne répondait plus aux exigences : impraticable l'hiver, drainage inexistant etc. Il a été décidé de dépenser plus de 900 000 € pour équiper la commune d'un nouveau terrain de football, synthétique cette foix, et donc praticable en toute saison. Après récupération d'une partie de la TVA, et après déduction des subventions diverses, la charge de la commune s'élève à 700 000 €. Soit 20 % des recettes annuelles.

La demande était sans doute légitime et le confort des footballeurs était certainement insuffisant. Mais pendant ce temps, le budget alloué à l'école publique est figé depuis 4 ans (ce qui équivaut à un appauvrissement de l'école compte tenu de l'augmentation du coût de la vie). Pendant ce temps, la municipalité décide d'augmenter tous les tarifs des services municipaux, bien au dessus de l'inflation (accès au restaurant scolaire, accueil périscolaire, accueil de loisir.). Pendant ce temps, la municipalité décide que les Nouvelles Activités Périscolaires (application de la réforme des rythmes scolaires) seront payantes et ne seront que très faiblement prises en charge par la collectivité. Le prétexte ? Nous sommes une commune pauvre, sans beaucoup de recettes, et les futures dotations de l'État sont incertaines. Nous ne pouvons faire mieux.

La politique est une affaire de choix, d'orientation. Investir plusieurs centaines de milliers d'euros dans des équipements sportifs dispendieux, c'est un choix politique. Quand ce choix se fait au détriment de l'éducation fondamentale, cela devient révoltant.

Nous avons besoin de nourriture, mais aussi d'éducation. Ensuite seulement de football. Tout ceci est affaire de choix, donc de politique. La politique commence à notre porte. La prise de conscience est nécessaire. Les jeux ne peuvent plus suffire à calmer le peuple.

Nostalgie lycéenne

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Quelle chance vous avez lycéens d'aujourd'hui de pouvoir emmerder tous ces fachos de la manif pour tous, ces crétins de la droite et de l'extrême droite juste en laissant vos shorts à la maison et en mettant une jupe (ou autre, faites comme voulez).

Que j'aurais aimé les provoquer, me moquer d'eux sous leur nez et leur barbe, engoncés dans leurs attitudes réactionnaires et passéistes. Avec 17 ans de moins, j'aurais sans doute piqué une paire de collants à ma mère et fait un saut chez Emmaüs pour acheter une jupe. J'aurais été fier de parader devant ce public de fachos, de les choquer et de leur crier : Non, vous ne direz ni aux hommes, ni aux femmes, ni à qui que ce soit ce qu'il doit faire. Notre libre arbitre vous emmerde. Vous n'avez aucun droit sur moi, sur mes choix vestimentaires, sur mes droits, sur mes libertés, sur ma sexualité, sur ma culture. Je vous conchie !. Vous n'êtes pas contents ? Dites-le. Et ça ne fera qu'accroître mon envie de vous défier encore et encore.

Allez-y, faites vous plaisir ! Ressortez Porcherie, la fameuse chanson des Béruriers Noirs, et hurlez à plein poumon votre haine de l'intolérance, des fachos etc.

Pujadisme du jour

Rédigé par jdrien - - 2 commentaires
Le service public n'a manifestement rien à refuser à la présidente du FN. Selon mes informations, David Pujadas a renoncé à lui opposer Martin Schulz, le président du Parlement européen et tête de liste des socialistes européens pour les élections du 25 mai prochain, celle-ci ayant menacé de boycotter « Des paroles et des actes » programmé jeudi soir dont elle est l'invité vedette. Une belle preuve d'indépendance journalistique : est-ce aux invités de choisir leurs contradicteurs ? N'aurait-il pas été davantage conforme à la déontologie journalistique que David Pujadas renonce à inviter Le Pen ?

La présidente du FN a notamment fait valoir qu'il s'agissait d'une « campagne française », ce qui est un comble pour une élection européenne… En réalité, elle craignait d'avoir face à elle un contradicteur pugnace qui sait parfaitement ce qu'elle ne fait pas au Parlement européen.

[ Jean Quatremer, Marine Le Pen dicte ses conditions à France 2 le 09 avril 2014 ]
À mettre en parallèle avec le journal de M. Pujadas de la veille, le 08 avril 2014, pendant lequel des intermittents du spectacle se sont introduits sur le plateau. M. Pujadas a alors rendu l'antenne en indiquant ne pas pouvoir faire ce journal sous la pression (sic).

Quand le service public laisse l'extrémisme et le populisme dicter ses lois, on se dit qu'on a pas fini d'entendre les chemises brunes se gausser autour de nous. Sombre pays.
Fil Rss des articles de ce mot clé