Débat de l'entre deux tours

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire

Le débat de l'entre deux tours de la présidentielle 2012 a opposé Nicolas Sarkozy (NS) et François Hollande (FH) le 02/05/2012.

Ce débat a duré près de 2h50 et a tenu toutes ses promesses. Contrairement à ce que certains dans des commentaires dignes du Café du Commerce pouvaient dire, FH a été à la hauteur.
Il a combattu NS, ne lui laissant l'avantage sur aucun sujet. Et la chose ne fut pas facile... pour NS. En effet, celui-ci est arrivé très confiant en sous-estimant son adversaire et donc en se sur-estimant. Dès les premières minutes, NS est passé à l'attaque (menteur !) et s'est posé en victime.
Victime des médias, des sondages (vu sa consommation de sondage, nous aurions pu penser qu'il leur faisait confiance), de la crise. Bref, NS n'a rien assumé et n'a fait que porter des accusations contre FH.
Celui-ci a rendu coup pour coup, sans se démonter.

Des observateurs ont, certainement pour donner le change, indiqué que FH était moins percutant dans les questions d'immigration. Je n'ai pas trouvé. Il a certes été désarçonné au défaut par NS, mais il s'est vite repris.
Comment réagir face à la mauvaise foi de NS, face à ses accusations mensongères et face à ses raccourcis xénophobes ?
NS a un raisonnement simpliste vis à vis de l'immigration :
- pour NS, un étranger en situation légale est un Arabe Musulman. Et s'il veut voter, qu'il prenne la nationalité française ;
- pour NS, un étranger est forcément un délinquant : dès que l'on parle immigration, NS parle clandestin donc délinquance. Mais si notre système d'intégration est en faillite, on parle bien de l'intégration des étrangers en situation régulière et non pas des étrangers en situation irrégulières, non ?
- NS a évoqué en mentant et en manipulant la lettre que FH a écrite à France Terre d'Asile. La ficelle était honteusement grosse.

Le plus grand moment de la soirée fut la longue tirade de FH qui répéta en anaphore seize fois "Moi, Président de la République, je...". Cette belle manœuvre rhétorique a étouffé NS et a permis à FH de démontrer le fossé énorme entre lui et le candidat-président.
NS n'a rien dit pendant toute cette tirade (plus de trois minutes) ; à ce moment nous avons compris (et lui aussi) que NS était fini.

Bel échange, le combat fut beau et a permis de faire taire les cafetiers du commerce qui ne faisaient que débiter inconsciemment les éléments de langage de l'UMP.

Le texte intégral du débat est ici.

Écrire un commentaire

Les commentaires sont modérés a posteriori, donc pas la peine de spammer...

Quelle est la première lettre du mot bmisb ? :