Charlie Hebdo, les pisse-froid et les pleutres

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
La question du jour est donc celle-ci : dans le contexte actuel, Charlie Hebdo devait-il se taire ou bien a-t-il eu raison de publier de nouveau des caricatures de Mahomet ?

charlie_une_2012_09_19
[Une de Charlie Hebdo du mercredi 19/09/2012]

La question finalement devait plutôt être celle-ci : comment en sommes-nous arrivés à nous poser cette question ? Attendre quelque chose de raisonnable de Charlie Hebdo ? Pardon, mais ce n'est pas pour ça que je leur donne 2,5€ à chaque numéro. Quoi, Charlie a voulu faire le buzz ? Parler du "buzz" de Charlie quand on vit sous protection policière (c'est le cas de Charb), quand son lieu de travail est détruit par un attentat (après la publication de Charia Hebdo), quand on est dépositaire de la tradition de Hara-Kiri et de toutes les interdictions et pressions que les auteurs ont pu connaître, ça me fait sourire. Si certains peuvent penser cela, alors ils ont un autre Dieu, l'argent. Et je ne suis pas vraiment sûr que les auteurs de Charlie roulent sur l'or... Ce qui est pitoyable c'est que certains ne ramènent la liberté d'expression qu'à un problème d'argent...

Bien sûr que l'on attendait Charlie au tournant. Et heureusement qu'ils sont là. Merci à eux de résister et de ne pas succomber à la peur. Il faudrait donc se taire ? Tous les appels au silence que j'ai pu entendre ou lire n'ont été lancés que par peur (les terroristes ont gagné) ou par un soit-disant respect dû aux croyances (les intégristes ont gagné). J'ai le droit de ne partager aucune de ces raisons.

Mais à partir du moment où la question de la raison par rapport à celle du droit est posée, les intolérants n'ont-ils pas déjà gagné une bataille ? Notre esprit est déjà contaminé par cette vermine, par ce poison. Dans ce cas, les partisans des appels à la raison ne font que le jeu des extrémistes. Le silence qu'il serait raisonnable d'observer et que l'on veut imposer ne sera bien sûr pas du respect mais de la crainte. Dans ce cadre, la réaction du Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault est, il faut le dire, à côté de la plaque.

La seule façon de lutter c'est de tenir bon : bouffons les curés, les pasteurs, les religieux de tous les horizons, les bas du front, les abrutis et tutti quanti. Faisons-les sortir du bois. Qu'ils se montrent et que l'on voit leur vrai visage. Et nous verrons bien : on ne sort pas de centaines d'obscurantisme du jour au lendemain.

Je peux tout à fait respecter les individus, mais ne me demandez pas de me taire pour respecter leurs croyances. Les croyances doivent être confrontées, discutées, taillées en pièce etc. On doit les faire vivre, les faire évoluer. Tout simplement parce que les tenants de ce respect des croyances ne sont que des rétrogrades. Cela ne vous plaît pas ? Ne me lisez pas, ne m'écoutez pas. Point barre. Je vous gêne toujours ? Il vous restera la loi, donc le tribunal et le juge. Et nous verrons. Mais il est hors de question que ma vie s'organise autour des croyances ridicules des religieux. On lira avec plaisir la tribune de Hubert Lesaffre En France le blasphème n'existe plus publiée sur le site Internet de Libération.

Pour en revenir à Charlie, il n'était pas compliqué de se donner la peine d'ouvrir le journal avant de réagir (n'est-ce pas M. Fabius) :

charlie_mahomet_charb.jpg

[Extait de Charlie Hebdo du 19/09/2012 - Photo Paul Da Silva - http://twitpic.com/aw62uy]

Tant que Charlie continuera, tant que Charlie prendra le contre-pied de la pensée ambiante je les soutiendrai.

Merci Charlie. Tenez bon.

Écrire un commentaire

Les commentaires sont modérés a posteriori, donc pas la peine de spammer...

Quelle est la troisième lettre du mot mjvun ? :