Charlie Hebdo, brochette de réactions

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Les réactions au numéro du mercredi 19/09/2012 de Charlie Hebdo sont pour le moins bigarrées.

La plupart des réactions sont pathétiques et ne sont que des concerts du style "Je suis pour la liberté d'expression mais". Ce fameux mais qui pourri toutes les réflexions, toutes les idées, toutes les prises de position. Mêmes ceux qui étaient des provocateurs dans l'âme, mêmes ceux qui nous ont habitués à lutter sont atteints de ce mal. Je pense bien sûr aux propos de Daniel Cohn-Bendit. Et dans une moindre mesure à ceux de Guy Birenbaum. Avec des défenseurs de la liberté d'expression comme eux, les intégristes ont fait le plein d'amis. Merci pour eux. Ces gens ont-ils oublié que la défense de la liberté d'expression ne se limitait pas à la défense des idées pour lesquelles on est d'accord ? La liberté d'expression s'applique à tous, pour tout. Si je décide de ne pas aimer le Père Noël j'en ai foutrement le droit !

Nonobstant, j'ai surtout et particulièrement aimé l'éditorial de Nicolas Demorand dans le journal Libération de ce jour :
En appeler au sens des responsabilités des dessinateurs, leur demander d’y réfléchir à plusieurs fois avant de publier, les exhorter à prendre en compte le contexte géopolitique comme s’ils étaient porte-parole du Quai d’Orsay, c’est mettre le doigt dans un engrenage dont le premier cran est l’autocensure et le dernier la capitulation. De l’une à l’autre, le chemin se révèle étonnamment court ; il est sans retour. En démocratie, libre à chaque titre d’établir sa ligne éditoriale ; libre au lecteur de lire ou de ne pas lire ; libre aux personnes qui se sentent offensées de demander réparation devant les tribunaux, la seule arme légale. Et espérons que sous d’autres régimes, des armes d’une autre nature ne soient pas utilisées.
[Nicolas Demorand, Libre, Libération du 20/09/2012]

Écrire un commentaire

Les commentaires sont modérés a posteriori, donc pas la peine de spammer...

Quelle est la première lettre du mot bhirt ? :