Mixité restrictive, indignation relative

Rédigé par jdrien - - aucun commentaire
Grosse émotion (tout est relatif) relayée par Slate.fr :
A 12 ans, Maddy Paige fait partie depuis un an de l'équipe de football américain de son école privée de l’État de Géorgie. Enfin, faisait partie, puisque l'école de Strong Rock Christian a décidé qu'elle ne pourrait plus jouer à la rentrée scolaire.

Sa mère, Cassy Blythe, expliquait fin juin à l'Atlanta-Journal Constitution être sous le choc, puisqu'elle n'avait reçu jusque-là que des encouragements des coachs pour sa fille. Les explications de l'école pour cette décision sont confuses. Officiellement, l'école s'est contentée d'écrire dans un communiqué à une chaîne locale que leur «politique officielle est que les collégiennes [notre équivalent de la middle school américaine, NDLR] jouent à des sports de filles, et que les collégiens jouent à des sports de garçons». Une explication qui semble étrange, vu que Maddy jouait au foot en 6th grade, première année de la middle school.

Mais d'après Cassy Blythe, le directeur de l'école lui en a dit davantage sur les raisons d'une telle logique:
        «Il s'inquiétait
            que les garçons puissent avoir des pensées impures
            que les discussions de vestiaire seraient trop dures pour elle
            que les garçons et les filles ne devraient être en compétition dans aucun sport
            qu'il y a d'autres sports auxquels elle peut jouer
            qu'en tant qu'école privée, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient
            qu'il avait prié sur le sujet et que c'était la bonne chose à faire.
        Il a aussi cité la Bible en disant que les hommes et les femmes sont créés comme des égaux mais différents, et qu'ils ne devraient donc pas être autorisés à faire les mêmes sports.»

Une explication jugée «ridicule» par Cassy Blythe, entre autres parce que Maddy avait de toute façon son propre vestiaire, et parce que «ce n'est pas la faute de Maddy si les garçons ne peuvent pas contrôler leurs pensées ou leurs envies. Ils doivent apprendre à contrôler ce qui se passe chez eux, tout comme Maddy».

Elle estime que «si une fille remplit les mêmes conditions que les garçons, elle devrait avoir le droit de jouer». La famille a lancé une page Facebook intitulée «Let her play», «laissez-la jouer», qui en est à plus de 40.000 likes.

    [ Cécile Dehesdin  - Maddy, 12 ans, exclue de son équipe de foot pour éviter les «pensées impures» aux garçons, publié sur slate.fr le 02 juillet 2013 ]
L'indignation est normale : pourquoi empêcher une jeune fille de jouer aux mêmes sports que les garçons de son âge ? Pourquoi les garçons et les filles ne pourraient-ils pas jouer ensemble aux mêmes jeux ? La question est légitime, surtout avec les arguments pourris sortis par le personnel de l'école privée. Enfin, j'ai surtout l'impression que l'on aime beaucoup en France s'indigner de ce qui se passe aux États-Unis, surtout quand il y a un relent de pudibonderie et d'une certaine idée de la place de la religion dans la société.

Donc ni une, ni deux, je me suis demandé ce qu'il en était avec le sport national français, le football.
Article - 155 Mixité
1. Les joueuses U6 F à U15 F peuvent évoluer dans les compétitions masculines :
- de leur catégorie d’âge,
- de catégorie d'âge immédiatement inférieure à la leur mais uniquement dans les compétitions de Ligue et de District.
2. Par ailleurs les équipes féminines U15F peuvent participer à des épreuves régionales ou départementales masculines U13 dans les conditions de l’article 136.3 des présents règlements.

[ Fédération Française de Football, Règlements Généraux de la FFF ]

Donc, même chose en France finalement : à partir d'un certain âge les filles seront empêchées de jouer dans une équipe mixte, avec ou contre des garçons. Il faudra bien séparer tout cela. La mixité n'appartient qu'au monde innocent de l'enfance... J'aime beaucoup la notion de mixité dans les règlements de la FFF : il s'agit en fait d'autoriser les filles à jouer avec les garçons (ou contre, peu importe). Il ne s'agit de faire jouer les filles et les garçons, non : on accorde un peu de place aux filles dans un monde de garçon. C'est une vision très minimaliste de la mixité : l'incursion des filles chez les garçons, et non pas le mélange. Encore une fois, cet article dans les règlements généraux n'est pas là pour ouvrir la mixité mais pour la réduire. Une fille qui apprécie le football devra, à l'adolescence soit se trouver une équipe féminine accueillante, soit trouver un dérivatif (par exemple l'arbitrage... pour les amateurs j'imagine).

On pourra toujours arguer qu'il s'agit d'un problème de force physique etc. Bien sûr, tout ça c'est pour les protéger. Comme si les filles avaient besoin de protection par rapport aux garçons (je pense juste que les filles, et les garçons ont simplement besoin d'éducation au vivre ensemble). En aucun cas il ne s'agit d'exclure les filles, d'éviter de pseudo-problèmes dans les vestiaires etc.

Conclusion : les filles ont autant le droit que les garçons de devenir des bourrins amateurs de foot. Et ce sera très bien comme ça !

Écrire un commentaire

Les commentaires sont modérés a posteriori, donc pas la peine de spammer...

Quelle est la quatrième lettre du mot uqdfsm ? :